Séminaire
MUSÉES DE SCIENCES HUMAINES ET ART CONTEMPORAIN
et lancement du livre « Géoesthétique »

Vendredi 21 mars de 17h30 à 18h30
au MuCEM de Marseille

geoesthetique-couverture.jpg
En présence de
Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff, directeurs d’ouvrage, d’Estefania Peñafiel Loaiza, artiste contributrice et de Sandra Patron, directrice du Parc Saint Léger, Centre d’art contemporain

À la croisée de courants théoriques tels que la géographie critique et postmoderne, les pensées postcoloniales et décoloniales, Géo-esthétique revient sur le tournant spatial de l’art, et s’intéresse à la figure de l’artiste en géographe. L’ouvrage mobilise une analyse «géocritique» étudiant les représentations de l’espace dans les œuvres elles-mêmes, ainsi que celle, indissociable, d’une spatialisation de l’histoire de l’art et du langage curatorial, des contextes spatiaux dans lesquels les œuvres sont produites, circulent et sont valorisées.

Constitué de contributions originales et de traductions de textes importants produits ces vingt dernières années, Géoesthétique se veut un livre manifeste, rassemblant écrits de géographes, de théoriciens et d’historiens de l’art, d’artistes et commissaires d’exposition. Il prolonge l’exposition « Atlas critique » proposé par le peuple qui manque au Parc Saint Léger, Centre d’art contemporain de mars à mai 2012.

Géoésthétique
Sous la direction de Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros, le peuple qui manque
Une coédition Parc Saint Léger / École supérieure d’Art de Clermont Métropole
Avec le soutien de l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon
Édité par B42

Contributeurs
Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff / Giovanna Zapperi / John Pickles, Sebastian Cobarrubias et Maribel Casas Cortes / Sandro Mezzadra et Brett Neilson / Guillermo Gómez-Peña / Jennifer Gonzalez/ Pedro Lasch / Bertrand Westphal / Beatriz Preciado / Franco Farinelli / Cuauhtémoc Médina / Piotr Piotrowski / Thomas DaCosta Kaufmann / Joaquín Barriendos


Le lancement sera précédé de
14h à 17h par le séminaire

« Musée des sciences humaines et art contemporain »
volet 2 : « Pourquoi les artistes se saisissent-ils des sciences humaines »

hicham_benohoud_sanstitre_lasalledeclasse_705x352webjpg.jpg

Depuis plusieurs décennies, certains artistes ont intégré dans leur œuvre des démarches ou des dispositifs qui s’apparentent à des travaux de recherche en sciences humaines.

Comment et pourquoi le partage épistémologique entre la démarche scientifique (observation, analyse, discours…) et la démarche artistique (expression et création) s’est-il brouillé ou déplacé ? Quelles peuvent être les convergences dans les objets exploités, dans les méthodes, dans le statut des artistes et des chercheurs ?

Après une séance liminaire  consacrée à cette question dans sa dimension historique, ce second volet permettra de confronter des expériences récentes à travers les regards complémentaires d’artistes, de commissaires et de chercheurs.

Intervenants :
Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff, théoriciens de l’art, commissaires d’exposition
Garance Malivel, historienne de l’art, coordinatrice de projets à Bétonsalon
Estefania Peñafiel Loaiza, artiste
Ralf Marsault, anthropologue et photographe

MuCEM
Entrée basse du Fort Saint-Jean
201 quai du port, 13 002 Marseille

Locaux de l’institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP, 2ème étage)
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles
Inscription obligatoire à i2mp@mucem.org
Remerciements : MuCEM (Jean-Roch Bouillé, Aude Fanlo), Musée d’Histoire de l’Immigration (Isabelle Renard)

Plus d’informations : http://www.mucem.org/fr/node/2346

Last Tweets