De la suspension de l’art – pour des états généraux de l’art
Par Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff
Publié dans AOC le 03 Juillet 2020.

Nous mettrons en ligne l’article intégral d’ici quelques semaines,

vous pouvez le retrouver d’ici là sur https://aoc.media/critique/2020/07/01/de-la-suspension-de-lart-pour-des-etats-generaux-de-lart/

Across Anthropology.
Troubling Colonial Legacies, Museums, and the Curatorial
(Eds. Margareta von Oswald and Jonas Tinius, Leuven University Press, 2020)
450+ pages colour-illustrated
open-access book

« How can we rethink anthropology beyond itself? In this book, twenty-one artists, anthropologists, and curators grapple with how anthropology has been formulated, thought, and practised ‘elsewhere’ and ‘otherwise’. They do so by unfolding ethnographic case studies from Belgium, France, Germany, Italy, the Netherlands, and Poland – and through conversations that expand these geographies and genealogies of contemporary exhibition-making. This collection considers where and how anthropology is troubled, mobilised, and rendered meaningful. Situated amid resurgent debates on nationalism and identity politics, it analyses the convergences of museums, curatorial practice, and Europe’s reckoning with its colonial legacies. »

Preface by Arjun Appadurai. Afterword by Roger Sansi

Contributors: Arjun Appadurai (New York University), Annette Bhagwati (Museum Rietberg, Zurich), Clémentine Deliss (Berlin), Sarah Demart (Saint-Louis University, Brussels), Natasha Ginwala (Gropius Bau, Berlin), Emmanuel Grimaud (CNRS, Paris), Aliocha Imhoff and Kantuta Quirós (Paris), Erica Lehrer (Concordia University, Montreal), Toma Muteba Luntumbue (Ecole de Recherche Graphique, Brussels), Sharon Macdonald (Humboldt-Universität zu Berlin), Wayne Modest (Research Center for Material Culture, Leiden), Bonaventure Soh Bejeng Ndikung (SAVVY Contemporary, Berlin), Margareta von Oswald (Humboldt-Universität zu Berlin), Roger Sansi (Barcelona University), Alexander Schellow (Ecole de Recherche Graphique, Brussels), Arnd Schneider (University of Oslo), Seiderer Anna (University Paris 8), Nanette Snoep (Rautenstrauch-Joest-Museum, Cologne), Nora Sternfeld (Kunsthochschule Kassel), Anne-Christine Taylor (Paris), Jonas Tinius (Humboldt-Universität zu Berlin)

The book is funded by Sharon Macdonald’s Alexander Von Humboldt-Stiftung Professorship, the Humboldt-Universität zu Berlin, and the Leuven University Open Access Fund.

Download the entire book: http://tinyurl.com/acrossanthropologybook
Order the book: https://lup.be/products/126702

Here is our contribution, titled « Translating the Silence », interview with Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós


DYSFUNCTION #4
Critics, ethics and challenges in Art-Based Research dissemination 

Le dernier numéro de la revue d’art-orienté-recherche DYSFUNCTION (dir. Natalia Bobadilla, Antoine Lefebvre Editions, Philippe Mairesse) est entièrement dédié au Procès de la fiction organisé par le peuple qui manque lors de la Nuit Blanche en octobre 2017.
Avec des textes de Francoise Lavocat, Alexandre Gefen, Laurent de Sutter, Nancy Murzilli, Mathieu Simonet, Camille de Toledo, Alison James, Sinziana Ravini, Jean-Charles Massera, Frank Smith, Judith Michalet, DYSFUNCTION Team, Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós, et des illustrations de Pauline Fargue et Marion Bertrand.


Le lancement a eu lieu le samedi 14 Juillet 2018, de 14h à 20h, à 本 \hon\ books (74 avenue Denfert Rochereau, 75014 Paris) 
Évènement Facebook

 

Dysfunction #4 – Download the PDF

Retour sur : Le Procès de la fiction
Curators : Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós – le peuple qui manque

Nuit Blanche, October 7, 2017 
Audience room of the Council of Paris in the Paris Town Hall

DYSFUNCTION’s editorial team dedicates this issue to the Trial of Fiction by le peuple qui manque (a people is missing). It continues the discussion around fiction started in our previous issue dedicated to a research initiative involving fictitious facts commented scientifically. To further investigate how research can use fiction, we hereby give a partial, incomplete and biased account of the mock trial organized against fiction, which took place during the Nuit Blanche on October 7th, 2017.

Though sometimes considered as artists, Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós consider themselves as “curators for theory, art and research.” Their approach resonates with the recent practical turn in academia, as they care about bringing practice into theory. Staging a (fictional) Trial of Fiction is a good example of the challenges and the paradoxes involved when working on forms mixing art and research. The result is neither an academic colloquium nor a dissemination event accessible to everyone. Simulating a trial against immaterial entities that a priori cannot be sued (moral values, concepts, opinions, history) seemed to us a fascinating critical tool requiring a closer investigation.

This issue was stimulating to prepare, we met experts from various disciplines, we got out of our comfort zone to explore other research fields and to challenge the role of research dissemination, and we ended up raising even more questions. How can we grasp the complexity and ambivalence of a complex topic and make it more accessible and artistic without dumbing it down? Hybrid forms that mix art and research hence raise the question of knowledge production. Should they be tools to explain complex research findings in a form that is comprehensible by everyone? Or does artistic transformation and fictionalization create a decrease in knowledge and make complex research findings weaker while trying to make them accessible to everyone?

Thus, our objective in this issue is not to make another trial in print, nor is it to draw conclusions on the content of the debates. We are rather interested on questioning the very form that a people is missing adopted. DYSFUNCTION’s approach in this issue is to present ‘data’ that is collected, transformed and presented as ‘layers of meaning’, the various texts of different types collide and overlap to create a different representation of the Trial of Fiction reflecting the complexity of the debates.

The dialogical form of this issue gives voice, several months after the event, to the ‘actors,’ the participants, and the public, in order to gather their thoughts, feelings, perceptions and personal recollections of the trial , as an attempt to critically and affectively reenact the experience of the event – which was multiple and disparate.

Our artistic and research process focuses on revealing the polyphony and plurality of experiences through different types of texts: interviews, conversations, transcripts, articles, through different graphic forms: excerpts, irregular columns, illustrations disconnected from the texts, colours, overlaps, … Our objective with such a format is to apply our own hypothesis about art-based research methods and the production of « critically affective performance texts » (Linstead, 2018). The issue you are reading right now in all its appearances and content becomes a “hypertext”. Far beyond the written words it includes the layout, graphic forms and regimes of (il)legibility at work.

In DYSFUNCTION’s first issue (July 2017), we detailed four key processes we went through in order to produce such different art-based dissemination outputs. As we were working on the Trial of Fiction, we activated these four processes, which shaped our editorial choices and our investigation.

First, the Dissensual process: Building commons on agreeable disagreement, which we identified as a major moment in the collective building of any art-based research involving several researchers and/or artists. Many points of view confronted and disagreed, during the Trial as well as in this printed account. But contrary to a trial, which aims at deciding who is right and who has been wronged, we aim at presenting the various perspectives and let the readers free to build their own judgement. The form of a printed newspaper plays a major part in this process, by demanding the reader to choose a reading strategy across the pages. Furthermore, we not only aim at investigating which agreeable disagreement carries the content of the trial, but also which agreeable disagreement emerges from the reading of our art-based take on another research experiment also based on art.

Second, the Alterity process: Alterity is the method and the purpose: the self can be altered because it is alter. Accessing the given is not a question of objectivity nor subjectivity. It is the question of the mutual relation between the given and the observer. Rather than pretending to access the perfect alterity through the gate of data, we should remain conscious of how our self is affected by the data. The process is subsumed by the motto Let data affect you. Here our « data » consist in reports, accounts, opinions, notes, but mainly and over all, in encounters with the Trial’s participants. Affected by these encounters, we therefore account for the relational moves that occurred during the investigation process, not in an explicit, analytical and rational way, but through the various shaping, extractions, quotes, and unequal weighing of the reported conversations, which should mirror our own affected selves as well as the contributors affected selves, all remaining strangers to one another. The complex entanglement is reflected by the uneasiness of the reading and the jumps from one speaker to another, one kind of discourse to another, one colour to another, without the artificial coherence privileged in classical publications.

Third, the process of Alteration, rather than considering the collected data as an access to the “fact”, consists in fictionalizing it. What we would like the reader to grasp is the fictionalization of the real operates on two levels. Fictionalizing justice in a mock trial is the first layer. The second layer is the fictionalization of the research itself that the process inevitably produces. For us, rather than seriously diving into the issue of fiction against facts, the most interesting parts of the mock Trial are the imaginary and performative dimensions. Its strength as an art-based research is not to conclude about the guiltiness of fiction or the real, it is to tell a story, the story of the Trial of Fiction, which we contribute to the dissemination of.

Forth, the Staging process (Mise-en-scène). We stage a mise-en-scène of the mise-en-scène of a theatrical judiciary ceremony: as another layer on layers of staging. By doubling the Trial with our approach and imagining other future possible events and performances around this issue, we thus operate a re-framing of the Trial and position it in the field of art-based research, which considers the performativeness of a never-ending text game as a playground. Our goal is to foster what art-based research should aim at starting a continuous ongoing conversation, where any reader is an actor and can change the end.

The conversation is now on…

Key words: Fiction, Mock Trial, Nuit Blanche, Theory Curating, Philosophy, Literary Theory, Symposium Performance, Literature, Historiography, Fake News

*

DYSFUNCTION est un journal artistique et académique libre et gratuit imprimé sur papier journal…

…créé par Natalia Bobadilla, Antoine Lefebvre et Philippe Mairesse dans le cadre du programme de recherche ANR ABRIR, qui a vu collaboré entre 2013 et 2017 des artistes chercheurs de l’équipe de recherche ART&FLUX et des chercheurs en management de la DRM MOST.

DYSFUNCTION est hybride, à la fois publication d’artiste et objet de recherche. Chaque numéro met en lumière un projet qui mêle art et recherche en sciences humaines, et diffuse des résultats de recherche à travers des formes artistiques.

DYSFUNCTION est publié par antoine lefebvre editions à 1000 exemplaires sous licence Creative Commons BY-NC-SA.

DYSFUNCTION est disponible exclusivement à 本 \hon\ books, gratuitement jusqu’à épuisement des stocks.

https://dysfunction-journal.tumblr.com/

Conférences dans le cadre de la Biennale de Dakar

States-of-Opacity

Le dimanche 8 mai 2016 dans le cadre du symposium de la biennale de Dakar, 
« States of Opacity/Etats de l’opacité », curaté par Mara Ambrožič et Elvira Dyangani Ose.

 

Abstract
Etats de l’opacité temporelle
Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós
Si la modernité a décrété, voire octroyé, aux mondes extra-occidentaux un retard fondamental – une insurmontable, incommensurable dette de temps, qu’ils seraient supposés s’évertuer à combler, faisant patienter ces géographies dans la « salle d’attente de l’histoire » (et construisant le temps historique comme mesure de la distance culturelle, « Le discours de Dakar » de Nicolas Sarkozy nous hante encore), c’est désormais, et dans le même temps, à une autre injonction temporelle que les épistémologies postcoloniales de la temporalité doivent faire face : au temps-un de de la simultanéité globale, l’illusion d’une co-temporalité, a global time. Paul Gilroy, penseur de la diaspora noire, parle de ces traducteurs de temps, que sont les chronautes de l’Atlantique noire, marqués par la catastrophique rupture temporelle qu’a constitué le Passage du Milieu. Ceux-ci se situent dans une autre tension et une autre disjonction temporelle. Nous parlons alors de temps secrets, à l’abri des yeux du monde, à l’abri des prescriptions du code. Ces temps secrets répondent à un besoin d’opacité. Opacité stratégique, opacité de résistance, « droit à l’opacité » disait Glissant. Le navire, ainsi que l’a montré Gilroy, métaphorise le mieux cette capacité à se tenir entre deux-temps. Le navire de la traite négrière, mais bientôt le vaisseau spatial des mythologies afrofuturistes deviendront « symboles connectifs, de crossover, dans le temps et dans l’espace, projetant les possibilités multiples d’un déplacement désentravé, désaliéné ». Plus encore, l’afrofuturisme a imaginé de précieux nœuds temporels, qui échappent autant aux visions modernes et progressistes du temps qu’à cette injonction à une co-temporalité et qui relèvent d’une double ontologie potentielle, entre ce qui a lieu et ce qui aurait pu avoir lieu. Le collectif Black Quantum Futurism, basé à Philadelphia, par exemple, travaille ainsi sur cette conflation entre les temps quantiques de la physique et des temporalités africaines. Sous la forme d’une série chronopolitique, notre projet de film « Les Impatients », constitue, quant à lui, une tentative de collecte de temporalités non-alignées et d’indices d’un retour de l’avenir, au cœur du moment historique que nous traversons, de la plus grande obstruction politique.

Participants au symposium
Nana Oforiatta Ayim, Kodwo Eshun, N’Goné Fall, Cheryl Finley, Henriette Gunkel, Srećko Horvat, Aliocha Imhoff, Doreen Mende, Miran Mohar, Marita Muukkonen, Kantuta Quiros, Leigh Raiford, Heike Raphael-Hernandez, Bisi Silva, Ivor Stodolsky, Studio Kakatar & Atelier Graphoui, David Zerbib

Egalement,
Le samedi 7 mai 2016 – 9h/18h à l’IFAN/Université Cheikh Anta Diop
Conférence d’Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros dans le cadre d’une journée d’études « Enseignement de l’art. Prospective et invention pédagogique. Comment ? Pour qui ? Quelles finalités ? », à l’invitation de Malick Ndiaye (historien de l’art, Université Cheikh Anta Diop, Dakar) et d’Emmanuelle Chérel (historienne de l’art, Ecole d’Art de Nantes).

Enfin,
le peuple qui manque sera également présent dans le cadre de la 1ère African/Art/Book/Fair de Dakar dirigée par Pascale Obolo.

43 mars, Place de la République – avec Arno Bertina
un film d’Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós
texte d’un participant de la Nuit Debout avec des amis de circonstance (dont le lecteur)
Extrait de zine (Patrice Maniglier, Pierre Alferi, Stéphanie Eligert, Stéphane Bérard, Arno Bertina, Madeleine Aktypi, France Valliccioni, Paul Sztulman)


Ce film a été exposé dans le cadre de Hors Pistes, 2016, au Centre Pompidou, à l’invitation de Géraldine Gomez.

Le chercheur et ses doubles, B42, 2016Le chercheur et ses doubles
Livre, B42, 200 pages, 2016
Sous la direction de Sandra Delacourt, Katia Schneller et Vanessa Théodoropoulou.

« Au cours de ces quinze dernières années, la figure de l’« artiste chercheur » est apparue comme une catégorie hautement valorisée par le marché et les institutions artistiques occidentales. Or, alors que les accointances entre recherche artistique et académique acquièrent une aura importante, les considérations épistémologiques et politiques qu’elles impliquent occupent encore peu de place au sein des débats théoriques. Considérées de manière générique, ces incursions artistiques sur les terres traditionnelles de la recherche sont souvent indifférenciées (comme l’indique par exemple son amalgame récurent avec la figure de l’« artiste théoricien ») et questionnent le modèle politique et économique propre à la recherche académique.
C’est dans la continuité d’une riche et passionnante table ronde qui s’est déroulée en novembre 2014 à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris qu’est apparue l’idée du livre Le Chercheur et ses doubles. Les contributeurs réunis au sein de ce projet partagent le désir de poser un regard circonstancié et distancié sur cette question et de faire émerger une réflexion pertinente sur le sujet. Pour ce faire, chaque participant a été invité à partager l’objet de ses recherches récentes ou en cours. Ainsi, Mathieu Kleyebe Abonnenc nous parle des travaux menés dans le cadre du projet qu’il exposa en 2015 au Pavillon belge de la Biennale de Venise. Otobong Nkanga s’est quant à elle attachée à présenter les recherches qui ont conduit à la réalisation de « Landversation », exposé à la Biennale de Sao Paolo en 2014. Kapwani Kiwanga est revenue sur « Maji-Maji », exposé durant l’été 2014 au Jeu de Paume à Paris, et Émilie Villez sur l’exposition Beyond the End qu’elle a accueillie à la Fondation Kadist au cours de la même période. Le peuple qui manque a offert un panorama dense des projets curatoriaux et théoriques développés depuis la publication en 2014 de l’ouvrage Géoesthétique aux éditions B42. »

Cet ouvrage a été publié dans le cadre du programme de recherche « Fabriques de l’art / fabriques de l’histoire de l’art », soutenu par le ministère de la culture, l’Esba TALM, l’Esad Grenoble – Valence et l’HiCSA.

Le chercheur et ses doubles, B42, 2016Le chercheur et ses doubles, B42, 2016Le chercheur et ses doubles, B42, 2016

date de publication: janvier 2016
language: français
designer: deValence
format: 150mm × 220mm
pages: 200 pages
ISBN: 9782917855676

Pour vous procurer cette publication: 
http://editions-b42.com/books/chercheur-et-ses-doubles/
– https://www.amazon.fr/chercheur-ses-doubles-Sandra-Delacourt/dp/2917855673
– http://livre.fnac.com/a8690419/Dirk-Schneider-Le-chercheur-et-ses-doubles
– https://www.leslibraires.fr/livre/8295061-le-chercheur-et-ses-doubles-delacourt-sandra-schneller-katia-theodoropo–b42

B42-Chercheur-doubles

Un présentation publique de l’ouvrage a lieu le vendredi 15 avril 2016 au Palais de Tokyo, Paris, dans le cadre de l’évènement « Vision« , dédié à la recherche en art.
13h30 – Le chercheur et ses doubles
École supérieure des beaux-arts TALM – site d’Angers De la recherche en milieu artistique : questions méthodologiques, enjeux épistémologiques, considérations politiques
Intervenants : Sandra Delacourt et Vanessa Theodoropoulou, historiennes et critiques d’art, enseignantes à l’École supérieure des beaux-arts TALM ; Aliocha Imho et Kantuta Quirós, théoriciens et commissaires ; et Emilie Villez, commissaire d’exposition et directrice de la Kadist Art Foundation
Programme complet:
http://www.palaisdetokyo.com/fr/events/le-palais-de-tokyo-accueille-vision-recherche-en-art-et-en-design
http://www.visionvision.fr/

Brouhaha - 18/19 Feb.

Brouhaha, les mondes du contemporain.
Une série de performances et d’interventions, février 2016

Une proposition de Lionel Ruffel,
avec l’Ecole de littérature, les éditions Verdier, l’Institut Universitaire de France, la Maison des écrivains et de la littérature.

Le 18 février à la Maison de la Poésie, Paris
Le 19 février à l’espace Khiasma, Les Lilas

« Depuis bientôt dix ans, je mène une enquête sur ce que contemporain veut dire, notamment dans le champ des représentations, où le terme fait débat. Depuis dix ans, je constate que les pratiques artistiques et les formes du savoir sont de plus en plus indistinctes. Cette indistinction entre dedans et dehors, entre acteurs et spectateurs, entre savoir et création, entre individu et collectif, entre centres et périphéries, est la caractéristique du contemporain, qui déhiérarchise et horizontalise les relations. La notion de brouhaha traduit cette caractéristique. Est-ce assez de le dire dans un livre ? Certainement pas. Dans Brouhaha, il est bien question des livres et du littéraire mais ils sont vus à l’aune d’un régime de publication généralisé. L’expérience contemporaine du littéraire ne cesse de se multiplier, de se contextualiser, favorisant les littératures orales, performées, exposées, in situ, dans les espaces publics. La manifestation Brouhaha viendra actualiser cette expérience en performant le livre. Et elle le fera avec celles et ceux qui l’ont accompagné ces années durant : écrivains, théoriciens, artistes, curateurs, performers, étudiants. Il s’agira de performer une enquête théorique sur le temps historique. Cette manifestation sera portée par le collectif « L’école de littérature », dont je fais partie et qui organise depuis trois ans des manifestations similaires à Casablanca, par les éditions Verdier qui participent au lancement du livre, par l’Institut Universitaire de France qui financera la majeure partie des activités et par la Maison des écrivains et de la littérature. Le principe est de laisser des cartes blanches à mes invités pour leur intervention. La manifestation aura lieu les 18 au 19 février 2016. Le lieu d’accueil sera à la fois conçu comme espace de présentation et de production. Les journées auront trois moments : production, warm-up discursif, performances.  » L.R.

Ces invités sont : Emmanuelle Pireyre (écrivaine-performer), Olivia Rosenthal (écrivaine-performer), Jean-Max Colard (critique d’art, curateur), Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff (curateurs, Le peuple qui manque), Yves Citton (théoricien), Joris Lacoste (metteur en scène-chorégraphe), Younes Atbane (performer), Mazen Kerbaj (auteur-musicien), Jérôme Game (écrivain-performer) et DJ Chloé, le séminaire « Les contemporains », la revue Terrain Vague, les étudiants du master création littéraire, séminaire de doctorants (littératures, arts, médiums), les Seconds couteaux (DJ, Kill the DJ)

Pour une chronopolitique de l’internationalisation des collections 
Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós

Article pour le catalogue de l’exposition 
A Republic of Art
From the 80’s to Today
27 June – 4 October 2015
French Regional Collections of Contemporary Art @ Van Abbemuseum, Eindhoven, Netherlands

Télécharger la e-publication sur le site du Van Abbemuseum

A Republic of Art / Une République des arts / Van Abbemuseum

Résumé: « Si le « cas français » – comme a pu l’écrire Françoise Vergès – s’est longtemps caractérisé par une résistance républicaine face aux épistémologies du Sud  et à la critique postcoloniale, tenant surtout lieu de voile au regard de son passé colonial, comment, dès lors, réinventer des politiques culturelles innovantes qui tiendraient compte de ces apports, tout en participant d’une remise en marche du temps qui nous sorte de ce présentisme, de cette clôture d’un temps sans avenir, auquel nous semblons assignés, en Europe, et en France particulièrement ? Plus encore, comment repenser la collection, la constitution d’un fonds d’œuvres internationales, émancipées du positivisme historien, sinon en interrogeant les régimes de véridiction et les mises en scène du temps qui les sous-tendent ? » Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós

 

Catalogue : Avec les textes de : Charles Esche, Bernard de Montferrand, Diana Franssen, Ami Barak, Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós / le peuple qui manque, Stephen Wright et un entretien avec les directeurs des FRAC.
Graphisme : 75B

 


 
A Republic of Art / Une République des arts / Van AbbemuseumA Republic of Art

From the 80’s to Today
27 June – 4 October 2015
French Regional Collections of Contemporary Art @ Van Abbemuseum, Eindhoven, Netherlands

À la suite de la célébration de leurs 30 ans, les Frac poursuivent l’aventure à l’international. Du 27 juin au 4 octobre 2015, les collections des Frac seront  exposées au Van Abbemuseum à Eindhoven (Pays-Bas) pour la première fois. Elles retraceront l’histoire récente de notre monde globalisé depuis les années 80. 

Peut-on commencer à dessiner une cartographie de l’histoire culturelle récente ? Qu’est-ce-que les artistes et leurs œuvres expriment sur leur époque et sur leur lieu ? Comment relions-nous l’histoire d’une nation à la globalisation ?
L’exposition A Republic of Art est consacrée à la politique culturelle menée par la République française dans le domaine de l’art contemporain. Elle s’intéresse spécifiquement aux Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) constitués au début des années 80 dans le cadre de la décentralisation.
A Republic of Art présente un ensemble exceptionnel d’œuvres puisées dans les collections des FRAC, afin de dresser pour la première fois à l’étranger un panorama, une histoire de la culture visuelle de ces 30 dernières années.

Un projet curatorial relié aux collections permanentes du musée
Ce projet est un cas d’étude idéal pour le Van Abbemuseum, reconnu pour sa réflexion radicale sur les modalités d’exposition des collections d’art moderne et contemporain. Le travail expérimental mené par les commissaires autour de l’accrochage de la collection permanente (au second étage) se déplace pour la première fois et applique ces nouveaux procédés narratifs aux FRAC au sein des dix galeries du bâtiment historique. Cet accrochage spécifique intitulé Once Upon a Time… The Collection Now (Il était une fois… La collection aujourd’hui)proposera un lien direct avec l’exposition A Republic of Art
Un programme de médiation original et spécifique sera mis en place à cette occasion.

Une publication numérique
L’exposition A Republic of Art sera accompagnée d’une publication numérique réunissant des contributions de spécialistes issus de différentes disciplines croisant l’art, la globalisation, l’interculturalité et enfin l’État-nation.
Avec les textes de : Charles Esche, Bernard de Montferrand, Diana Franssen, Ami Barak, Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros, Stephen Wright et un entretien avec les directeurs des FRAC.
Graphisme : 75B

Artistes présentés
Absalon, Agnès Accorsi, Dennis Adams, Lara Almarcegui, Yto Barrada, Bibliothèque Fantastique, Ursula Biemann, Dara Birnbaum, Monica Bonvicini, Frédéric Bruly Bouabré, Daniel Buren, Sophie Calle, Marta Caradec, Alex Chan, Henri Coldeboeuf, documentation céline duval, documentation céline duval & Hans-Peter Feldmann, Jimmie Durham, Latifa Echakhch, Harun Farocki, Mounir Fatmi, Cao Fei, Hans-Peter Feldmann, Michel François, Claire Fontaine, Meshac Gaba, General Idea, Dominique Gonzalez-Foerster, Renee Green, Subodh Gupta, Hans Haacke, Raymond Hains, Thomas Hirschhorn, Carsten Höller, Douglas Huebler, Pierre Huyghe, Bouchra Khalili, Matthieu Laurette, Louise Lawler, Paul McCarthy, Gustav Metzger, Antoni Muntadas, N55, Jean-Christophe Norman, Boris Ondreicka, ORLAN, Gabriel Orozco, Şener Özmen/Cengiz Tekin, Philippe Parreno, Yan Pei-Ming, Lili Reynaud Dewar, Gerhard Richter, Jimmy Robert, Bruno Serralogue, Cindy Sherman, Simon Starling, Jessica Stockholder, The Atlas Group/Walid Raad, Joëlle Tuerlinckx, Luc Tuymans, Ben Vautier, Huang Yong Ping, Chen Zhen.

 Commissaires
Annie Fletcher et Diana Franssen
Assistant curator: Lena Reisner.

 Commissaires associés pour les FRAC
Catherine Elkar (directrice du FRAC Bretagne)
Xavier Franceschi (directeur du FRAC Île-de-France)
Laurence Gateau (directrice du FRAC des Pays de la Loire)
Anne-Claire Duprat (Secrétaire générale de PLATFORM)

A Republic of Art est un projet conçu et organisé en coproduction par les 23 FRAC, PLATFORM et le Van Abbemuseum.

Partenaires
Le ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut français, l’Ambassade de France aux Pays-Bas, la Fondation Hippocrène et VSB Fonds.

www.vanabbemuseum.nl
www.frac-platform.com

 

Y A-T-IL UN RÉGIME POSTCOLONIAL DES ARTS ?
Seloua Luste Boulbina/Laboratoire de changement social et politique/ 2015

L’ère de la globalisation est, à l’évidence, postcoloniale. Et pourtant, cette équivalence n’est pas toujours appréhendée à sa juste mesure. Le postcolonial en effet apparaît moins comme le corrélat de la mondialisation que comme son envers. Se demander s’il y a un régime postcolonial des arts revient ainsi à s’interroger sur la dimension postcoloniale de la mondialisation artistique. Aujourd’hui, l’art, comme l’argent, ignore les frontières : c’est ce qu’il y a de plus fluide dans les échanges culturels. Il s’agira de saisir ce qui se produit aujourd’hui dans les arts visuels non à partir de « l’Occident » et de la mondialisation mais à partir du « reste du monde » et de la postcolonialité. Celle-ci ne saurait être, en outre examinée sans que soient croisées les « vues d’ici » et « vues d’ailleurs ». L’idée est d’organiser une rencontre – au sens fort de ce terme – et de chercher à savoir quels sont les termes les meilleurs pour appréhender ce qu’on peut voir déjà comme un « régime », sachant que ce mot vient du latin « regere » (diriger) puis de « regimen » (action de diriger). En ce sens, il s’agit de prendre acte du fait que le postcolonial régit la mondialisation.

Seloua Luste Boulbina, avec le Laboratoire de changement social et politique et la revue Afrikadaa, propose un colloque autour de ces questions le 1er et le 2 juin 2015, à l’Université Paris Diderot.

 

 Y A-T-IL UN RÉGIME POSTCOLONIAL DES ARTS ? Y A-T-IL UN RÉGIME POSTCOLONIAL DES ARTS ?

LUNDI 1 JUIN AMPHITHEATRE BUFFON

9h30 OUVERTURE : Seloua Luste Boulbina, LCSP, Université Paris Diderot/CIPH

10H MOUVEMENT DES IMAGES
– Frieda Ekotto, University of Michigan La mondialisation et le cinéma africain, pour un devenir singulier suivi d’une discussion avec Melissa Thakway, INALCO

11H30 MOUVEMENT DES IMAGES
– Louisa Babari et Carole Diop Retour sur L’Image en mouvement, revue Afrikadaa n°8

14H MONTRER EXPOSER EXHIBER

− Chantal Loïal, artiste, performance − Françoise Vergès, Collège d’Etudes Mondiales, Paris
Montrer quoi ?
− Jean-François Boclé, artiste
Le regard saturé
− Valérie John, Campus caribéen des arts, Fort-de-France
Territoire(s) de l’art ?

MARDI 2 JUIN AMPHITHEATRE TURING

10H CRITIQUE ET CLINIQUE POSTCOLONIALES
− Olivier Lussac, Université de Lorraine
Les performances de Nathalie Bikoro
− Emmanuelle Chérel, Ecole supérieure des Beaux-Arts de Nantes métropole
Pensées archipéliques
− Federico Tarragoni, Université Denis Diderot Paris 7 Quelle esthétique pour la postcolonialité ?
− Zahia Rahmani, Institut National d’Histoire de l’Art
Il y a toujours eu un régime postcolonial de l’art !

14H ÉDITER EXPOSER CURATER
− Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff Le Peuple qui manque, Paris
Conversation avec Seloua Luste Boulbina
− Louisa Babari, Celio Paillard, Corps à Corps, performance vidéo
− Sika Fakambi, Kamau Brathwaite, Celio Paillard,
Ca n’est pas assez, œuvre sonore
− Eva Barois de Caevel, Raw Material Dakar,
Qu’attend-on de moi ?
Marie Ann Yemsi, curatrice et Julien Creuzet, artiste, Archipel Opéra

CLOTURE : Aloyse Raymond N’Diaye, Institut supérieur des Arts et de la Culture, Dakar

Apéritif offert par Bétonsalon

Informations pratiques:

UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT
1er juin : Amphithéatre Buffon 
15 rue Hélène Brion 75013 Paris

2 juin : Amphithéatre Turing 
Croisement rues Alice Domont et Léonie Duquet et avenue de France 75013 Paris

Evènement facebook
https://www.facebook.com/events/996196987087311/

 

 

Curating research – Pour une diplomatie entre les savoirs.

par Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros

in l’Art même, n° 64, 2015

 

Remerciements: Christine Jamart, Pascale Viscardy, Sandra Delacourt.

 


MUSEUM F(R)ICTIONS
 – CONFÉRENCE
DE KANTUTA QUIROS ET ALIOCHA IMHOFF

Conférence à l’Institut Français de Casablanca, dans le cadre du Festival Masnâa 2015 « Ce qui est là  » à l’invitation de L’école de littérature et de David Ruffel

////////////////////

 LUNDI 20 AVRIL 2015 – 18 H

CONFÉRENCE

//////////////////////

THÉÂTRE 121, INSTITUT FRANÇAIS DE CASABLANCA, BOULEVARD ZERKTOUNI

« Quels musées et institutions réimaginer pour une géographie de l’art future ?  La récurrence de nombreux musées conceptuels et fictifs, proposés par des artistes, mobilisés dans une réécriture “décanonisée” de l’histoire de l’art, invite à considérer la valeur heuristique de la fiction pour proposer des récits de l’art décolonisés. On considérera la dimension instituante de ces musées spéculatifs et nomades.  Fictions de musée qui invitent à réévaluer les fonctions du mythe, de la fabulation comme scripts pour des institutions muséales à venir. »

Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós sont théoriciens et commissaires d’exposition basés à Paris, fondateurs de la plateforme curatoriale « le peuple qui manque ». Parmi les dernières manifestations dont ils ont été les commissaires,  « Au delà de l’Effet-Magiciens » (Fondation Gulbenkian, Laboratoires d’Aubervilliers, 2015), « The Accelerationist Trial »  (Centre Pompidou, 2014), « La géografia sirve, primero, para hacer la guerra » (Museo de la Memoria, Bogota, 2014), « A Thousand Years of NonLinear History » (Centre Pompidou, 2013), « The Borderscape Room » (Le Quartier, 2013), « Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente » (Bétonsalon – Centre d’Art et de Recherche, 2013), « L’artiste en ethnographe » (Quai Branly – Centre Pompidou, 2012), « Que faire ? art/film/politique » (Centre Pompidou, 2010). Ils ont récemment dirigé « Géoesthétique », un ouvrage collectif dédié au tournant spatial dans l’art (Editions B42, 2014) et « Histoires afropolitaines de l’art », numéro double 53-54 de la revue Multitudes (2014). Ils contribuent régulièrement à des ouvrages collectifs ou des revues d’art et d’esthétique (Art Press, les Cahiers du Mnam, l’art même, Initiales, Libération, Mouvement, Multitudes, dont ils sont membres du comité de rédaction, etc.). Leurs recherches ont fait l’objet de nombreuses conférences (Centre Pompidou, musée du quai Branly, Institut National d’Histoire de l’Art, ENSBA, Grand Palais, Paris Photo, Jeu de Paume, La Maison Rouge, MuCEM, Biennale de Bucarest, 16 beaver New York, HEAD Genève, Universidad Javeriana, Bogota, Institut Français de Berlin, etc). Kantuta Quirós est actuellement Maître associée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Aliocha Imhoff enseigne à l’Université Paris 1.

Liens:
http://www.lecoledelitterature.org/museum-frictions.html

http://cequiestla.tumblr.com/post/113999985037/museum-f-ictions-conférence-de-kantuta-quiros-et

Workshop
avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós
A l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon
du 16 au 20 mars 2015

A l’invitation de Manola Antonioli
de la 1re à la 5e , Art & Design
Avec Carole Lebon, Raphael Conot, Dimitri Benhamou et les étudiants de l’option Design.

« Quels musées et institutions réimaginer pour une géographie de l’art future ?  La récurrence de nombreux musées conceptuels et fictifs, proposés par des artistes, mobilisés dans une réécriture “décanonisée” de l’histoire de l’art, invite à considérer la valeur heuristique de la fiction pour proposer des récits de l’art décolonisés. On considérera la dimension instituante de ces musées spéculatifs et nomades.  Fictions de musée qui invitent à réévaluer les fonctions du mythe, de la fabulation comme scripts pour des institutions muséales à venir. »

 

 

 

mer 18 février 2015 (17:00)
Kantuta Quiros • Aliocha Imhoff
Le peuple qui manque
Grand amphi de l’ENSBA 2e étage de l’ENSBA Lyon 8bis quai Saint-Vincent 69001 Lyon

Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós sont théoriciens et commissaires d’exposition basés à Paris, fondateurs de la plateforme curatoriale le peuple qui manque.

Au delà de l'Effet-Magiciens - colloque-performance

Ce nom, emprunté à une formulation de Gilles Deleuze, exprime leurs intentions et les fondations de leur engagement :
« Ce constat d’un peuple qui manque n’est pas un renoncement au cinéma politique, mais au contraire la nouvelle base sur laquelle il se fonde, dès lors, dans le Tiers-Monde et les minorités. Il faut que l’art, particulièrement l’art cinématographique, participe à cette tâche : non pas s’adresser à un peuple supposé, déjà là, mais contribuer à l’invention d’un peuple. Au moment où le maître, le colonisateur proclament «il n’y a jamais eu de peuple ici», le peuple qui manque est un devenir. » (Gilles Deleuze, L’Image Temps, 1985).

Le peuple qui manque organise depuis une dizaine d’années des programmations de cinéma, des expositions, des colloques, et plus généralement travaillent à articuler différents savoirs faisant converger et dialoguer l’art et les sciences sociales, dont l’anthropologie et les théories post-coloniales, afin de questionner les « géoesthétiques » de l’art, et l’actualité d’une pensée politique dans le monde globalisé. En parallèle, Le peuple qui manque archive, diffuse et parfois édite en DVD une collection de films et vidéos rares, à la croisée de plusieurs champs de cinéma, entre film expérimental, vidéo d’artistes, cinéma féministe, cinéma d’avant-garde, archives de l’histoire de la performance. Ils ont récemment dirigé l’ouvrage Géoesthétique (Editions B42, 2014) et Histoires afropolitaines de l’art, n° 53-54 de la revue Multitudes(2013). Kantuta Quirós est Maître associée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Aliocha Imhoff enseigne à l’Université Paris 1.

www.lepeuplequimanque.org

Source: http://www.ensba-lyon.fr/conferences/fiche.php?a=15&id=3670

« Le procès d’une polémique
Jan Karski, l’Histoire et la fiction »

Workshop avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós, pour les étudiants de 4e année Art
Du 16 au 21 février 2015
A l’invitation de Marie Canet.
École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon

 

ENSBA Lyon - Workshop avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós

Ce workshop mené par les commissaires d’expositions Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós propose l’élaboration collective d’une exposition performative, sous la forme d’un procès fictif historique retraçant les enjeux d’une importante polémique littéraire récente.

En 2009, l’écrivain français Yannick Haenel reçoit le prix Interallié pour son roman « Jan Karski » paru chez Gallimard, basé sur la vie du résistant éponyme, diplomate et courrier du gouvernement polonais en exil à Londres, témoin dès 1942 de l’horreur des camps nazis et chargé d’alerter les Alliés du sort réservé aux Juifs d’Europe. Jan Karski rencontre en 1943 le président Américain, à la Maison Blanche, durant un long entretien. Deux documents diplomatiques en attestent mais personne ne sait avec exactitude, ce qu’ils se sont dits, ni comment a réagi Roosevelt au récit de l’insoutenable. Souhaitant « témoigner pour le témoin », Yannick Haenel imagine dans la troisième partie de son livre, le déroulement de cette rencontre, et propose – face aux silences des archives, aux silences des témoins – une fictionnalisation de l’Histoire, à partir d’une approche délibérément intuitive. S’en suivra, durant tout le premier trimestre 2010, une très vive polémique, ouverte notamment, par le cinéaste et auteur de Shoah, Claude Lanzmann qui accusera Yannick Haenel de falsifier l’Histoire.

Cette vive et complexe polémique aura redéployé de nombreuses problématiques dans l’espace public et médiatique :

  • L’histoire est-elle contenue uniquement dans les documents, les sources, les traces matérielles laissées par le passé ou est-il parfois nécessaire, comme l’affirme Y. Haenel, de recourir à la fiction, en tant que mode de connaissance particuliers qui excèdent ou complètent ceux de la « science historienne »  ou l’approche documentaire ? A-t-on le droit de fictionnaliser l’histoire ?
  • Ranimant les controverses anciennes et les positions iconoclastes sur la possibilité pour la photographie ou le cinéma de documenter et de représenter le désastre et la Shoah (Adorno, Lanzmann, Wajcman, Chéroux, Didi-Huberman, Rivette, Godard, Daney), cette polémique reposait, également, vigoureusement la question adornienne du droit à représenter l’irreprésentable.
  • Enfin, quelle est la responsabilité morale de l’écrivain et de l’artiste face au monde ? Si la liberté d’expression de l’artiste doit, selon l’avis de tous, rester totale, la fiction est-elle pour autant irresponsable ? Plus encore, peut-on en déduire que les fictions ont une action sur le monde ou bien se situent-elles hors du monde, dans un espace ontologiquement autonome ?

A la suite de nombreux procès et tribunaux fictifs, notamment initiés par certains artistes et cinéastes contemporains (Anton Vidokle, Olive Martin & Patrick Bernier, Marcel Hanoun, Jean-Stéphane Bron, Abderrahmane Sissako, sans compter les incontournables procès surréalistes menés notamment par André Breton dans les années 1930), ce workshop se propose de déployer à partir d’une esthétique judiciaire, un espace verbal spéculatif, situé entre fiction et réalité.

ENSBA Lyon - Workshop avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós

Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós sont théoriciens et commissaires d’exposition basés à Paris, fondateurs de la plateforme curatoriale le peuple qui manque. Parmi les dernières manifestations dont ils ont été les commissaires, Au delà de l’Effet-Magiciens (Fondation Gulbenkian, Laboratoires d’Aubervilliers, 2015), The Accelerationist Trial  (Centre Pompidou, 2014), La géografia sirve, primero, para hacer la guerra (Museo de la Memoria, Bogota, 2014), A Thousand Years of NonLinear History (Centre Pompidou, 2013),The Borderscape Room (Le Quartier, 2013), Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente. (Bétonsalon – Centre d’Art et de Recherche, 2013), L’artiste en ethnographe (Quai Branly – Centre Pompidou, 2012), Que faire ? art / film / politique (Centre Pompidou, 2010). Ils ont récemment dirigé Géoesthétique, un ouvrage collectif dédié au tournant spatial dans l’art (Editions B42, 2014) et Histoires afropolitaines de l’art, numéro double 53-54 de la revue Multitudes (2013). Ils ont travaillé pour diverses institutions culturelles (Musée National d’Art Moderne / Centre Pompidou, CNAP, etc.). Ils contribuent régulièrement à des ouvrages collectifs ou des revues (Art Press, les Cahiers du Mnam, l’art même, Multitudes, dont ils sont membres du comité de rédaction, etc.). Kantuta Quirós est Maître associée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Aliocha Imhoff enseigne à l’Université Paris 1.

Source: ENSBA Lyon // Workshop avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós

Initiales n°05 - A.F.
Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros / le peuple qui manque signent une contribution dans la revue Initiales n°05 dédiée à Andrea Fraser.

 


 

Après George Maciunas, John Baldessari, Marguerite Duras et la communauté du Monte Verità, la revue d’art et de recherche « rétro-prospective » Initiales s’intéresse à une figure clé de l’art des années 90 et 2000, l’artiste et performer Andrea Fraser.

Très influencée par la pensée de Pierre Bourdieu (qui signa la préface de son anthologie de textes) et porte-parole d’une critique institutionnelle « deuxième génération », qui après les travaux menés par Daniel Buren, Hans Haacke ou Michael Asher, a élargi la réflexion à d’autres espaces et acteurs institutionnels, ainsi qu’à des méthodologies empruntées à d’autres champs, Andrea Fraser fait partie de ceux qui, au tournant des années 2000, s’est interrogée sur la réconciliation entre la question des affects, du sujet, et celle de l’institution.

Cette question centrale dans le travail de Fraser s’incarne chez elle, dans les changements d’identité et les attributs dont elle se pare : costume strict et «genré» de médiatrice de musée (Museum Highlights – 1989) ; tenue d’Eve quand elle se vend, littéralement, à son collectionneur (Untitled -2003) ; visage nu et en pleurs quand ce sont ses affects d’artiste qu’elle met en pâture chez son psychanalyste (Projection – 2008). A travers ses textes et performances, Andrea Fraser décortique les mécanismes à l’œuvre dans le champ de l’art, son contexte économique, social et politique pour mieux en révéler les ressorts cachés.

Au sommaire de cet Initiales AF, qui a bénéficié du concours actif et précieux de Marie de Brugerolle, la traduction de trois textes inédits en français d’Andrea Fraser, ainsi qu’un grand entretien inédit avec elle ; des essais de Kader Attia, François Cusset, Inès Champey, Ida Soulard, Vincent Normand ; des contributions visuelles signées Philippe Durand, Jean-Luc Moulène, Gerald Petit ou Jean-Baptiste Sauvage. Un cahier spécial dédié à l’actualité et aux formes de l’espace critique vient compléter le numéro. Il comprend des contributions inédites de Dora Garcia, Thomas Hirschhorn, Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós (le peuple qui manque), Council, Yann Moulier Boutang, Michel Surya etc.

Listes des contributeurs : Kader Attia, Eva Barto, Sophie Bonnet-Pourpet, Marie de Brugerolle, Gregory Buchert, Daniel Buren, Marie Canet, Inès Champey, Thierry Chancogne, François Cusset, Judith Deschamps, Philippe Durand, Joao Enxuto & Erica Love, Andrea Fraser, Nicolas Frespech, Romain Grateau, Emmanuel Guez et l’unité de recherche PAMAL, Franck Larcade, Ju Huyn Lee, Fabrice Mabime, Claire Moulène, Jean-Luc Moulène, Vincent Normand, François Pain, Gerald Petit, Anne Querrien, Sinziana Ravini, Christophe de Rohan Chabot, Jean-Baptiste Sauvage, Ida Soulard, Fabien Steichen, Emmanuel Tibloux, Italo Zuffi.

Listes des contributeurs « cahier spécial » : Paul Devautour et l’unité de recherche offshore, Gregory Castéra pour Council, Claire Fontaine, Andrea, Fraser, Dora Garcia, Thomas Hirschhorn Béatrice Josse, Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós (le peuple qui manque), Sven Lütticken, Bartomeu Mari, Chus Martinez, Gwenael Morin, Yann Moulier Boutang, Thierry Raspail, Delphine Reist & Laurent Faulon, Phillippe Roux, Thomas Schlesser, Michel Surya, Vier 5, Ulf Wuggenig

Coordination graphique : Olivier Lebrun
Design graphique : Manon Bruet, Alice Perrine

Liste des partenaires : Fondation d’entreprise Ricard, Le géant des Beaux-arts, Le creux de l’enfer, Fedrigoni, La Manufacture d’histoires Deux-Ponts.

1 vol. (128 p) : ill. en noir et blanc., couv. ill. en noir + une couleur. ;
30 cm+ cahier « enquête 32 pages »
ISBN : 978-2-915213-24-9 – 15 EUR

http://www.revueinitiales.com/

Journée de travail fermée au public
organisée par l’équipe scientifique du programme de recherche
Fabriques de l’art/Fabriques de l’Histoire de l’art (Esba TALM, Esad Grenoble-Valence, HiCSA)

le vendredi 7 novembre 2014
À l’Institut National d’Histoire de l’Art
2 rue Vivienne, Paris 2e

Artistes et curateurs invités : Mathieu Abonnenc, Kapwani Kiwanga, Otobong Nkanga, Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros (directeurs de la plateforme curatoriale le peuple qui manque), Émilie Villez (directrice de la Fondation Kadist).

Organisatrices : Sandra Delacourt, Katia Schneller, Vanessa Theodoropoulou

Forms of absence, vidéo, Kapwani Kiwanga, 2014.

Forms of absence, vidéo, Kapwani Kiwanga, 2014.

 
Au cours des dernières décennies, les pratiques artistiques engageant – ou mettant en scène – des procédures traditionnellement employées par les chercheurs universitaires ont bénéficié d’une visibilité accrue sur la scène internationale. Alors que le rapprochement entre recherche artistique et académique acquiert une aura importante, les considérations épistémologiques et politiques qu’il implique occupent peu de place au sein des débats théoriques. Considérées de manière générique, ces incursions artistiques sur les terres traditionnelles de la recherche sont souvent indifférenciées et noyées dans un courant insipide faisant des codes de l’autorité intellectuelle un style. Aussi, cette table-ronde se propose-t-elle de mener une réflexion approfondie sur les modalités de collaboration entre universitaires, critiques d’art, commissaires d’exposition, et artistes endossant sans ambigüité le statut de chercheur. Cette réflexion suppose que soit initialement questionnée la spécificité de leurs méthodologies de recherche respectives. Une attention particulière sera donc portée à la nature des corpus constitués par les artistes invités, ainsi qu’aux modalités spécifiques d’analyse, d’interprétation et de transmission du savoir qu’ils mettent en œuvre. Cette table-ronde entend ainsi évaluer l’apport de ces pratiques au renouvellement des territoires de la recherche académique mais aussi leur participation à la redéfinition politique et économique de cette dernière. En ce sens, elle s’attachera également au capital symbolique (et réel) dont ces nouvelles pratiques de la recherche sont à la fois les productrices et les bénéficiaires. En d’autres termes, œuvrent-elles, comme leurs aînées des années 1960 et 1970, au décloisonnement des spécialisations professionnelles et au déplacement des frontières entre la production du voir et la production du savoir ? Artistes, commissaires d’exposition, critiques et universitaires engagés dans ces réflexions sont invités à débattre.
 
Les discussions de cette journée fermée au public donneront lieu à une publication qui sortira en 2015.

« Le chercheur et ses doubles » est le troisième et dernier volet du programme de recherche Fabriques de l’art/Fabriques de l’Histoire de l’art (2012-2015) dirigé par Vanessa Theodoropoulou et Tristan Trémeau. Initié en 2012, ce projet a donné lieu à un premier colloque intitulé L’artiste comme historien de l’art et organisé à l’école de beaux-arts de Tours. Y fut spécifiquement étudiée la contribution d’artistes à la réécriture critique de l’histoire de l’art moderniste et à leurs usages de paradigmes hérités d’Aby Warburg. Durant les deux années suivantes, cette réflexion s’est poursuivie à l’INHA dans le cadre du séminaire Quelle actualité pour la critique institutionnelle aujourd’hui?  Au cours de ce séminaire, des artistes, des historiens de l’art, des critiques d’art, des commissaires d’exposition et des étudiants en écoles d’art ont présenté et discuté de projets artistiques qui façonnent des récits individuels ou collectifs en s’appropriant les méthodologies des sciences humaines et sociales. Il s’agissait alors de se demander si ces pratiques constituaient un nouveau développement de la critique institutionnelle. La table-ronde qui vient clore ce programme se propose quant à elle d’interroger d’un point de vue méthodologique, épistémologique et politique les enjeux des nouvelles accointances entre le travail de l’artiste et celui du chercheur.

« Le procès d’une polémique.
Jan Karski, histoire et fiction
« 
(1H40, 2014) Dir. Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros,
avec les étudiants du workshop mené en février 2014, option Information fiction de la Haute école d’art et de design – Genève, Frank Westermeyer, Bruno Serralongue et Pascal Beausse.

En 2009, l’écrivain français Yannick Haenel reçoit le prix Interallié pour son roman « Jan Karski » paru chez Gallimard, basé sur la vie du résistant éponyme, diplomate et courrier du gouvernement polonais en exil à Londres, témoin dès 1942 de l’horreur des camps nazis et chargé d’alerter les Alliés du sort réservé aux Juifs d’Europe. Jan Karski rencontre en 1943 le président Américain, à la Maison Blanche, durant un long entretien. Deux documents diplomatiques en attestent mais personne ne sait avec exactitude, ce qu’ils se sont dits, ni comment a réagi Roosevelt au récit de l’insoutenable. Souhaitant « témoigner pour le témoin », Yannick Haenel imagine dans la troisième partie de son livre, le déroulement de cette rencontre, et propose – face aux silences des archives, aux silences des témoins – une fictionnalisation de l’Histoire, à partir d’une approche délibérément intuitive. S’en suivra, durant tout le premier trimestre 2010, une très vive polémique, ouverte notamment, par le cinéaste et auteur de Shoah, Claude Lanzmann qui accusera Yannick Haenel de falsifier l’Histoire.
Cette vive et complexe polémique aura redéployé la question suivante dans l’espace public et médiatique : l’histoire est-elle contenue uniquement dans les documents, les sources, les traces matérielles laissées par le passé ou est-il parfois nécessaire, comme l’affirme Y. Haenel, de recourir à la fiction, en tant que mode de connaissance particuliers qui excèdent ou complètent ceux de la « science historienne »  ou l’approche documentaire ? A-t-on le droit de fictionnaliser l’histoire ?

A la suite de nombreux procès et tribunaux fictifs, notamment initiés par certains artistes et cinéastes contemporains (Anton Vidokle, Olive Martin & Patrick Bernier, Marcel Hanoun, Jean-Stéphane Bron, Abderrahmane Sissako, sans compter les incontournables procès surréalistes menés notamment par André Breton dans les années 1930), ce film entre esthétique judiciaire et espace verbal spéculatif, retrace ce procès fictif mené avec les étudiants de la HEAD.

Au travers de la présentation de documents et de témoignages, la cour et les jurés ainsi constitués par les étudiants de la HEAD déterminera du droit à fictionnaliser l’Histoire ainsi que de la responsabilité de l’artiste et de l’écrivain.

Première présentation publique dans le cadre de l’exposition „Counter-Histories / Counter-Stories“. A l’espace „Interim“ du Kulturbahnhof de Kassel. Une exposition, produit d’une collaboration entre Le Dokfest Kassel, la Kunsthochschule Kassel, Klasse Film Prof. Jan Peters et l’option Information fiction de la Haute école d’art et de design – Genève, Frank Westermeyer, Bruno Serralongue et Pascal Beausse.

Vernissage le 12 Nov. 2014, exposition du 13 au 16 novembre

 

Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff signent la page Culture du quotidien Libération du vendredi 3 octobre 2014, et rendent hommage au projet Secession Europe curaté par Camille de Toledo & Leyla Dakhli.

http://next.liberation.fr/arts/2014/10/02/pour-une-geopoetique-europeenne_1113547

 

23/24 octobre 2014,
Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes,
Conférence de Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff, dans le cadre des Journées d’étude, Penser depuis la frontière (dir.) Emmanuelle Chérel et Laurent Devisme, laboratoire Langages, Actions urbaines, Altérité de l’Ecole Nationale d’Architecture de Nantes en partenariat avec l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Nantes

 

Penser depuis la frontière
Séminaire de recherche, 23 et 24 Octobre 2014, LAUA – Ecole Nationale d’architecture- Ecole des Beaux Arts de Nantes

Ce nouvel axe de recherche « Frontières, Spatialités, Art » initie une dynamique pluridisciplinaire autour de la notion de frontière soutenue par la mise en place d’un espace de travail commun entre le LAUA et des enseignants-chercheurs de l’école des Beaux Arts de Nantes. Il est notamment induit par le fait que de nombreuses disciplines -ethnographie, sociologie, géographie, histoire – sont investies par les pratiques artistiques contemporaines. Dans leurs dernières redéfinitions épistémologiques, ces domaines scientifiques s’interrogent également sur leur lien à la subjectivité, à la fiction et leur recours à des démarches d’investigation empruntant des outils de l’art. Ces redéfinitions, ces ouvertures frontalières, sont à étudier.

Située au cœur des grandes mutations contemporaines, la frontière est un objet complexe. Elle est appréhendée ici comme sujet et méthode.

Qu’est-ce qui fait frontière ? Tout d’abord, la frontière est un « construit » politique dont les formes matérielles peuvent être diverses (tout autant une montagne, un fleuve qu’une muraille). Elle est aussi considérée comme vivante, plus ou moins étanche, plus ou moins stable. Pour ses observateurs, et de façon générale, la frontière est à la fois une ligne (qui sépare et créée de la discontinuité) tout en étant une zone de contacts (permettant toutes sortes d’échanges symboliques, matériels, pacifiques ou violents). Née de préoccupations essentiellement politiques et stratégiques, l’étude des frontières s’est constituée scientifiquement au XIXe siècle avant de connaître un profond changement : de ligne, la frontière est devenue zone ; de physique, elle est devenue culturelle. Ces approches renouvelées des frontières et des zones frontalières se nourrissent avec fécondité de travaux issus de disciplines diverses. De nos jours, les délimitations géographiques, nationales et politiques sont sans cesse questionnées et ébranlées, sujettes à l’accélération de la mobilité, aux mouvements de population (tourisme, migrations, mobilité professionnelle), à la circulation financière, aux échanges commerciaux, tout comme aux mobilités virtuelles via internet, aux déplacements des images, des informations ; ces phénomènes sont induits par la mondialisation, la globalisation et l’urbanisation. Toutefois, la suppression de certaines frontières ne se fait pas sans l’apparition de nouvelles délimitations et séparations (sédentarité forcée, replis communautaires, nationaux, ethniques). D’autres discontinuités surgissent. Sous l’effet de divers champs de force comme l’essor religieux, les logiques économiques dominantes, les systèmes politiques, les conflits armés, les croisements culturels, l’histoire, la topographie, le réchauffement de la planète et les enjeux écologiques, les frontières se redéployent. Tour à tour déniées, réaffirmées, redessinées par les mouvements constants des limites linguistiques, culturelles, politiques, elles sont sans cesse en mutation et témoignent de l’inachèvement du monde et de ses transformations.

Dans son article intitulé « Qu’est ce qu’une frontière ?1 », le philosophe Etienne Balibar écrit : « L’idée d’une définition simple de ce qu’est une «frontière » est absurde par définition : car tracer une frontière c’est précisément définir un territoire, le délimiter et ainsi enregistrer son identité ou la lui conférer. Mais réciproquement définir, identifier en général ce n’est rien d’autre que tracer une frontière, assigner des bornes (en grec horos, en latin finis ou terminus, en allemand Grenze, en anglais border, etc.). Le théoricien qui veut définir ce qu’est une frontière est au rouet, car la représentation même de la frontière est la condition de toute définition ». Il tente tout de même d’approcher la notion en désignant quatre caractéristiques : surdétermination, polysémie, hétérogénéité et ubiquité. Les frontières sont des zones où s’intensifient les incompréhensions et les distances socioculturelles, car elles délimitent, encadrent, incluent autant qu’elles excluent. Devant la pluralité des situations et expériences frontalières, il faut éviter les réductions forcées et simplistes. Une frontière se dessine où s’active une tension entre des logiques antagonistes, et souvent au-delà des démarcations territoriales officielles. Elle ne se trouve pas forcément là où on l’attend. L’appréciation juste de la place des frontières suppose la prise en compte de bien d’autres considérations que la seule limitation volontaire du franchissement d’une ligne imaginaire tracée au sol. L’anthropologue James Clifford a par exemple examiné une série de lieux où la culture est en transition – des lieux qu’il nomme « zones de frontières »2. Il trouve ainsi des cultures en collision et changeantes aussi bien dans un musée d’art que dans des ruines mayas ou le métro de New York et les espaces urbains. Arjun Appadurai s’est quant à lui penché sur ces phénomènes à travers la notion d’ethnoscape3.

Les approches postmodernes en géographie, nourries par les Cultural Studies, Gender Studies, Postcolonial Studies permettent notamment de reconsidérer nos relations à l’espace et au temps, de même que certains travaux artistiques. Il paraît tout à la fois important de revenir sur la complexité historique de cette notion, de poursuivre les descriptions phénoménologiques, les discussions juridiques, les nombreuses facettes et réalités de ces zones spatio-temporelles (pratiques ordinaires, adaptations et inventions transfrontalières, violences, etc.). Bref, il s’agit de redéfinir les pratiques et les savoirs, et d’investir ces lignes, zones, bandes de séparation et de contact ou de confrontation, barrages ou passages, fixes ou mobiles, continus ou discontinus, extérieurs et intérieurs.
Emmanuelle Chérel, Laurent Devisme

Journée du 23 octobre 2014
Séminaire interne : rencontres et de partages. Chaque participant présentera ses intentions et pistes de travail avec Laurent Devisme, Amélie Nicolas, Elisabeth Pasquier, Véronique Terrier Hermann, Christiane Cavelin Carlut, Kantuta Quiros, Aliocha Imhoff, Emmanuelle Chérel, Marie-Paule Halgand.

Journée du 24 octobre 2014 (ouverte à tous les étudiants des 2 écoles)
Conférences

ouverture : 10H Ouverture de la journée Emmanuelle Chérel

10H15-11HOO La frontière coréenne : méta-frontière de la guerre froide ou front pionnier de la péninsule Valérie Gelezeau, Géographe

11H-11H45 Augustin Gimmel, artiste, à propos du film Terres vaines (2012)

discussions-échanges

après midi

14h-14h45 Anne Laure Amilhat Szary, géographe, Art-Sciences : du grand écart à la culbute indisciplinés : mes frontières créatives de géographe en quête d’art contemporain.

14h45-15h30 Françoise Vergès, politologue, Frontières d’une mélancolie postcoloniale.

15h30-16h15 Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff, théoriciens et curateurs,
Hétéroglossies des savoirs frontières

Discussions

17h Synthèse et mise en perspective

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes
6 Quai François Mitterrand, 44000 Nantes
02 40 16 01 21
http://ensanantes.fr/

 

Secession - Camille de toledo
30 septembre 2014 – 19h
Conférence de Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff à l’Institut Français de Berlin, dans le cadre du projet Sécession.  Conçu comme un travail de fiction collective, écrit, par des écrivains, universitaires et artistes, le projet Sécession lancé par la Société européenne des auteurs, se propose de penser l’espace européen autour de la traduction.

Conversation avec Camille de Toledo et Leyla Dakhli, curateurs du projet Sécession, Cédric Parizot, anthropologue, Beatrice von Hirsch Hausen, géographe.

L’adresse de l’Institut Français:
Maison de France
Kurfürstendamm 211
10719 Berlin
Accès : U1 Uhlandstraße

http://www.institutfrancais.de/berlin/agenda-610/agenda-1659/Debatten,631/secession,34643.html
https://www.facebook.com/events/1445887765656958/
Remerciements : Camille de Toledo, Leyla Dakhli, Institut Français de Berlin (Fabrice Gabriel), Jacinto Lageira, Françoise Parfait

Simona Koch - Borders Europe

SIMONA KOCH – BORDERS / EUROPE, 2010 – Animated pencil drawing, 1:40 min / loop, mute –

Page suivante »

Last Tweets

  • RT @revue_esse: Esse 100 | Notre centième numéro, #Futurité, est désormais disponible en ligne et en kiosque ! https://t.co/vcRB6rEFyB Ess…- lundi 21 Sep - 4:12
  • Très heureux de faire partie de ce très beau numéro de la Revue Multitudes, qui célèbre ses 20 ans d’existence, sou… https://t.co/Z7CaW4CTfV- samedi 5 Sep - 8:43
  • RT @AOC_media: Cette suspension de l'art a été un moment de bifurcation, de convergence de multiples récits sur la nécessité de repenser le…- jeudi 2 Juil - 1:40
  • Puisque le confinement n'a pas été une grève générale, partager avec vous ce texte que nous faisons paraître ce soi… https://t.co/MDx9UHWWm4- jeudi 2 Juil - 10:12
  • On Saturday, Curatorial talk by Aliocha Imoff & Kantuta Quiros, at Zurich University of the Arts @zhdk in the c… https://t.co/9l7xGn7R4S- jeudi 5 Mar - 4:24
  • RT @sca_net: We are really looking forward to tonight's #CuratorialStudio event with @peuplequimanque @afglasgow! Look forward to seeing yo…- vendredi 7 Fév - 11:23
  • RT @The_Drouth: ‘The missing people are a becoming, they invent themselves’ talk by Parisian curators @peuplequimanque @afglasgow hosted by…- vendredi 7 Fév - 11:23
  • RT @sca_net: Thanks to everyone that came and enjoyed our #curatorialstudio talk with #Thanks to everyone that came and enjoyed our #curato- vendredi 7 Fév - 11:23
  • RT @afglasgow: C'est vendredi ! In partnership with Curatorial Studios, we are very happy to welcome @peuplequimanque to present a talk on…- mardi 4 Fév - 2:07