LE BAL, Paris
En septembre 2011, LE BAL, nouveau lieu culturel dédié à l’image-document présidé par Raymond Depardon, fête sa première année. Proposant des expositions, des programmes pédagogiques, des conférences / débats, des masters class, des soirées performances et des cycles de cinéma hors les murs au Cinéma des Cinéastes, LE BAL offre un panorama de l’image-document sous toutes ses formes : photographie, vidéos, cinéma, nouveaux médias. LE BAL se veut ainsi plate-forme d’exposition, de production, d’édition, de rencontres, de débats autour des multiples écritures du réel : essai, typologie, pamphlet, reportage, chronique, détournement, récit, enquête.
LE BAL est installé en plein cœur du 18e arrondissement, dans un lieu surprenant, ancienne guinguette des Années folles. Sa transformation architecturale permet aujourd’hui au BAL de disposer de 300m² de surfaces d’exposition, répartis sur deux niveaux, ainsi que d’un café et d’une librairie.

http://www.le-bal.fr

TOPOGRAPHIES DE LA GUERRE
Du 17 septembre au 18 décembre 2011
au BAL, Paris

jananne-al-ani_shadow-sites-ii_still_aerial-no-1_300dpi-635x635.jpg
© Jananne Al-Ani, Shadow Sites II, 2011

COMMISSAIRES : JEAN-YVES JOUANNAIS ET DIANE DUFOUR

Comment imaginer qu’autre chose que la bataille puisse représenter la guerre ?
Pourtant, cette exposition, Topographies de la guerre, si elle traite de la guerre, l’envisage au travers de ses seuls décors.
Ainsi réunit-elle des œuvres photographiques ou vidéo qui ont en commun une ambition documentaire déclarée, manifeste : le parti pris d’une totale désincarnation et, de ce fait, une focalisation sur les sites, les positions, les espaces géologiques. Des essais topographiques en quelque sorte, qui, sans renier le coût humain des combats, privilégient une lecture de la guerre par sa géographie.
L’ensemble de ces images, réalisées depuis 2000, laisse les corps, la chute, la blessure, la mort, hors cadre. Le paysage seul demeure.
Ces options iconographiques coïncident, dans le domaine stratégique, avec l’usage accru des techniques de simulation, la propagation d’armes agissant à très longue distance, mais également avec la censure médiatique exercée par les états-majors et la quasi-impossibilité pour les photographes et vidéastes d’opérer librement sur le terrain.
Le territoire de la guerre est-il en train de devenir une donnée abstraite, une construction idéologique, une donnée irreprésentable ?

Avec les oeuvres de :
PAOLA DE PIETRI, To Face
JANANNE AL-ANI, Shadow Sites II
JO RACTLIFFE, As Terras Do Fim Do Mundo
AN-MY LÊ, 29 Palms
HARUN FAROCKI, Serious Games 4
DONOVAN WYLIE, Outposts
TILL ROESKENS, Aïda, Palestine
EYAL WEIZMAN ET LUC DELAHAYE, The space of this room is your interpretation
WALID RAAD, Let’s be honest, the weather 

Plus d’informations
: http://www.le-bal.fr/fr/mh/topographies-de-la-guerre/

Last Tweets