Daniel Eisenberg
Topographies post-guerre

Samedi 29 octobre & Samedi 10 décembre 2011, 11h
Cinéma des Cinéastes
en présence de Daniel Eisenberg

 

EisenbergPersistence2.jpg
Persistence de Daniel Eisenberg, courtesy the artist

Persistence de Daniel Eisenberg (86 min, 1997, Etats-Unis)

L’œuvre singulière du cinéaste Daniel Eisenberg dépasse les frontières entre film expérimental et documentaire historique, empruntant les genres du journal filmé et du film d’archive, dialoguant autant avec l’avant-garde américaine (Ernie Gehr, Yvonne Rainer) que le film d’essai européen (Harun Farocki, Chantal Akerman) ou les cultural studies.
Primé de nombreuses fois, son long-métrage Persistence, tourné en 1991-92, peut être vu comme une cartographie cognitive des conséquences de la Deuxième Guerre Mondiale et de la chute du Mur de Berlin, telles qu’elles continuent d’habiter le présent. Daniel Eisenberg explore les paysages contemporains dans lesquels villes et lieux – musées, archives, statues, églises, prisons, camps de concentration – constituent autant de machines temporelles. Chaque strate incarne des moments différents superposés et juxtaposés. Dans un jeu incessant  entre démolition et rénovation, les villes révèlent comment la société ajuste et révise la manière dont les catastrophes et les vestiges de la guerre se prolongent dans le moment politique et culturel contemporain. Lors de son exploration sensuelle et mélancolique de la post-guerre, Eisenberg intègre photographies familiales, films de Rossellini (Allemagne Année Zéro, 1946) et archives militaires, laissant affleurer sensations éphémères et l’entrelacement entre la conscience, la mémoire, les affects et les désirs.

EisenbergPersistence4.jpg

EisenbergPersistence-From-the-archive.jpg

EisenbergPersistence3.jpg

 

Curateurs: Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros

 

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós will speak tomorrow at the great symposium "Decolonizing the Curatorial" in Konstha… https://t.co/jepI4B9UHi- jeudi 20 Sep - 12:19
  • RT @diacritik: Pour la libération immédiate d’Ashraf Fayadh https://t.co/W7UWMpCPqk https://t.co/9iKbKpv2O5- lundi 10 Sep - 8:01
  • RT @kunstkritikk: #Kritik Lars-Erik Hjertström Lappalainen om ’A Debt of Times’ av Le Peuple qui manque på Konsthall C, Stockholm: https://…- mercredi 5 Sep - 12:10
  • Generous review by Lars-Erik Hjertström Lappalainen of our exhibition A Debt of times at Konsthall C ! Thanks to Ku… https://t.co/ELmHPxKBbM- mercredi 5 Sep - 9:21
  • Amis genevois, nous présenterons demain à 18h30 au Centre d’art contemporain de Genève notre film en cours Les Impa… https://t.co/BOxb0IslCy- lundi 27 Août - 9:31
  • Opening tonight at 6pm Konsthall C, Stockholm of our exhibition A Debt of Times, an ongoing research on temporal e… https://t.co/HCgKDELYZn- vendredi 24 Août - 7:13
  • RT @Feux_Noirs: Excellent ! https://t.co/v0ySVJxLTg- samedi 14 Juil - 11:10
  • Lancement demain de 14h à 20h du journal Dysfunction entièrement consacré au Procès de la fiction ! A hon books 74… https://t.co/skVSIpqa3K- vendredi 13 Juil - 7:32
  • Ce 21 mars, projection au Centre Pompidou, à 20h, d’un film de notre collection, « Free, white, and 21 », de Howard… https://t.co/xv20jZhFxl- vendredi 16 Mar - 6:58