Distribution

Franssou Prenant étudie la philosophie puis le cinéma à l’IDHEC à Paris, et réalise ensuite plusieurs films, parmi lesquels: « L’escale de Guinée » (1987), « Paris, mon petit corps est bien las de ce grand monde » (2000), « Sous le ciel lumineux de son pays natal » (2002), « Reviens et prends moi » (2004) et « Le jeu de l’oie du Professeur Poilibus » (2007). Elle a également travaillé comme scénariste, comédienne et monteuse entre autres pour Jacques Kébadian, Romain Goupil («Mourir à trente ans » (1982) et « Lettre pour L… » (1993)) ou encore Raymond Depardon (« Faits divers » (1983), « Empty quarter » (1985)).

Le Jeu de l´Oie du Professeur Poilibus Le Jeu de l´Oie du Professeur Poilibus de Franssou Prenant (2007, 2h30)

Le Jeu de l´Oie du Professeur Poilibus est consacré au grand philosophe-poète René Scherer, auto-nommé Professeur Poilibus. Proche du FHAR, de Félix Guattari et Gilles Deleuze, et du renouveau philosophique de l’après 68, son oeuvre gravite autour de la philosophie libertaire fouriériste et l’utopie.
« En toutes occasions, à tous moments de la vie, sur des sentiers que l’on grimpe en dialoguant, dans le potager où on laboure les idées en même temps que la terre, au monoprix où l’on retourne l’économie et le fond de ses poches, chez lui, espace rare de liberté, en faisant la vaisselle ou en épluchant des légumes, au fil des crêtes cévenoles où l’on ramasse des marrons et des possibles, sa philosophie est en action et, ludique, incite, provoque, secoue les idées et les choses. Et ses acolytes, compagnons de route, de chemin, de table, de travaux domestiques ou universitaires, toutes classes d’âge confondues, à l’occasion de quelque geste du quotidien, sont conviés à la parole, au dialogue, à la réflexion, aux digressions infinies.
Voilà donc que la philosophie n’est plus un langage d’initiés et se développe au delà des écrits, des chaires et des séminaires, accessible à tous, elle peut être pratiquée par et avec, les enfants, les femmes, les noirs, les paysans, les vieillards, les oies, et même les adultes.
« Découvrir (la variété), Résister (aux pouvoirs et aux infamies) » »

Prix: Merci de nous consulter.

Last Tweets

  • Art is Not the Enemy. Graphics of the Tricontinental Dissents une petite sélection d'affiches de l'OSPAAAL que nous… https://t.co/7OCePIsZHI- samedi 27 Oct - 5:28
  • Interview d'Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros par Amanda Ferrada pour la revue suédoise Feministisk Perspektiv, et à… https://t.co/PUweGhQlpX- samedi 27 Oct - 2:08
  • Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós will speak tomorrow at the great symposium "Decolonizing the Curatorial" in Konstha… https://t.co/jepI4B9UHi- jeudi 20 Sep - 12:19
  • RT @diacritik: Pour la libération immédiate d’Ashraf Fayadh https://t.co/W7UWMpCPqk https://t.co/9iKbKpv2O5- lundi 10 Sep - 8:01
  • RT @kunstkritikk: #Kritik Lars-Erik Hjertström Lappalainen om ’A Debt of Times’ av Le Peuple qui manque på Konsthall C, Stockholm: https://…- mercredi 5 Sep - 12:10
  • Generous review by Lars-Erik Hjertström Lappalainen of our exhibition A Debt of times at Konsthall C ! Thanks to Ku… https://t.co/ELmHPxKBbM- mercredi 5 Sep - 9:21
  • Amis genevois, nous présenterons demain à 18h30 au Centre d’art contemporain de Genève notre film en cours Les Impa… https://t.co/BOxb0IslCy- lundi 27 Août - 9:31
  • Opening tonight at 6pm Konsthall C, Stockholm of our exhibition A Debt of Times, an ongoing research on temporal e… https://t.co/HCgKDELYZn- vendredi 24 Août - 7:13
  • RT @Feux_Noirs: Excellent ! https://t.co/v0ySVJxLTg- samedi 14 Juil - 11:10