Distribution

Franssou Prenant étudie la philosophie puis le cinéma à l’IDHEC à Paris, et réalise ensuite plusieurs films, parmi lesquels: « L’escale de Guinée » (1987), « Paris, mon petit corps est bien las de ce grand monde » (2000), « Sous le ciel lumineux de son pays natal » (2002), « Reviens et prends moi » (2004) et « Le jeu de l’oie du Professeur Poilibus » (2007). Elle a également travaillé comme scénariste, comédienne et monteuse entre autres pour Jacques Kébadian, Romain Goupil («Mourir à trente ans » (1982) et « Lettre pour L… » (1993)) ou encore Raymond Depardon (« Faits divers » (1983), « Empty quarter » (1985)).

Le Jeu de l´Oie du Professeur Poilibus Le Jeu de l´Oie du Professeur Poilibus de Franssou Prenant (2007, 2h30)

Le Jeu de l´Oie du Professeur Poilibus est consacré au grand philosophe-poète René Scherer, auto-nommé Professeur Poilibus. Proche du FHAR, de Félix Guattari et Gilles Deleuze, et du renouveau philosophique de l’après 68, son oeuvre gravite autour de la philosophie libertaire fouriériste et l’utopie.
« En toutes occasions, à tous moments de la vie, sur des sentiers que l’on grimpe en dialoguant, dans le potager où on laboure les idées en même temps que la terre, au monoprix où l’on retourne l’économie et le fond de ses poches, chez lui, espace rare de liberté, en faisant la vaisselle ou en épluchant des légumes, au fil des crêtes cévenoles où l’on ramasse des marrons et des possibles, sa philosophie est en action et, ludique, incite, provoque, secoue les idées et les choses. Et ses acolytes, compagnons de route, de chemin, de table, de travaux domestiques ou universitaires, toutes classes d’âge confondues, à l’occasion de quelque geste du quotidien, sont conviés à la parole, au dialogue, à la réflexion, aux digressions infinies.
Voilà donc que la philosophie n’est plus un langage d’initiés et se développe au delà des écrits, des chaires et des séminaires, accessible à tous, elle peut être pratiquée par et avec, les enfants, les femmes, les noirs, les paysans, les vieillards, les oies, et même les adultes.
« Découvrir (la variété), Résister (aux pouvoirs et aux infamies) » »

Prix: Merci de nous consulter.

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff interviendra aux Beaux-Arts de Nantes en compagnie de Myriam Mihindou, Dénètem Touam Bona, Fabiana E… https://t.co/AmXxfVLbEY- samedi 26 Nov - 1:09
  • Dans le cadre du programme "Avant, tout cela était la campagne", et à l'invitation de de l'Associació Catalana de C… https://t.co/Eoi2pgEpcE- samedi 26 Nov - 1:07
  • Un très beau compte-rendu de la Journée de préfiguration de l'Ecole des Impatiences, par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/3vhplS0jdx- jeudi 24 Nov - 7:39
  • L'école des Impatiences en Une de @paris_normandie Un très bel article par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/XjvPxJJ7yH- jeudi 24 Nov - 7:37
  • RT @nosimpatiences: SAVE THE DATE Journée de préfiguration de l'édition 2023 Rendez-vous le samedi 12 novembre 2022 au Drakkar (Dieppe) à 1…- mardi 18 Oct - 8:10
  • Résidence de recherche @AwareWomenArt à la Villa Vassilieff, deadline : 6 novembre 2022 https://t.co/VLXi2guNgD- mardi 18 Oct - 3:44
  • RT @EURArTeC: #RencontresArTeC Retrouvez notre table ronde autour des parutions Les vies autonomes, une enquête poétique (C. Breteau) et Qu…- lundi 3 Oct - 7:03
  • Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós présenteront "Qui parle ?" (@PUF, 2022) dans le cadre des rencontres @EURArTeC à… https://t.co/sbiThWbHQg- dimanche 2 Oct - 2:05
  • RT @diacritik: Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff : “Nous posons la question de l’énonciation comme toujours politique” (Qui parle ?) https:/…- lundi 19 Sep - 7:59