Distribution

« Cinéaste, actrice, auteur de « La croisade d’Anne Buridan » (1995) et de « La révolution séxuelle n’a pas eu lieu » (1998), Judith Cahen poursuit depuis quelques années déjà un projet cinématographique de nature autobiographique, qui interroge par ailleurs les frontières très fines entre le cinéma, la danse, l’art contemporain. Etre sur des frontières, être à la frontière de disciplines, des frontières d’états de perception et d’émotion, tel est son propos. » Pascale Cassagnau, future amnesia, enquêtes sur un troisième cinéma, 2007

ADN ADN de Judith Cahen (2005, 77min)

« Peu de corps continuent ce que beaucoup d’esprits commencent »
Dans ADN, Judith Cahen compose un portrait autour du corps du photographe espagnol autoportraitiste David Nebreda, qui dans un travail de performer – sujet vivant de ses photos, pratique un ascétisme qui le mène au dessèchement et à une épure de sa chair. Un sujet devenu cellules.
Judith Cahen ne rencontre jamais l’artiste mais plutôt son travail photographique, lorsque telle une détective, elle part interroger ses amis (dont Vincent Dieutre, Jeanne Labrune, Matthieu Lindon, Jean-Henri Roger, Philippe Sollers, Alberto Sorbelli, etc.), leur demandant quel effet leur produit le corps du photographe, quelle place ils seraient prêts à lui accorder, dans leur vie, leur imaginaire, leur appartement. Est-il possible d’atteindre cet étrange autre que serait l’artiste David Nebreda, est-il possible de l’aider, est-il possible de l’aimer ?
Le film met en scène l’impact de cette rencontre sur le cinéma de Judith Cahen et sa propre démarche d’auto-représentation. « J’étais en quête du noyau dur de mon identité, et celle de mon cinéma, en miroir de la sienne, extrême et radicale (…) j’ai eu le besoin de demander aux autres d’être les « gardes fous », ceux qui m’empêchent de couler, d’être attirée par la folie, par le chant des sirènes. » J. Cahen
Texte: AI&KQ

Prix: Merci de nous consulter.

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff interviendra aux Beaux-Arts de Nantes en compagnie de Myriam Mihindou, Dénètem Touam Bona, Fabiana E… https://t.co/AmXxfVLbEY- samedi 26 Nov - 1:09
  • Dans le cadre du programme "Avant, tout cela était la campagne", et à l'invitation de de l'Associació Catalana de C… https://t.co/Eoi2pgEpcE- samedi 26 Nov - 1:07
  • Un très beau compte-rendu de la Journée de préfiguration de l'Ecole des Impatiences, par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/3vhplS0jdx- jeudi 24 Nov - 7:39
  • L'école des Impatiences en Une de @paris_normandie Un très bel article par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/XjvPxJJ7yH- jeudi 24 Nov - 7:37
  • RT @nosimpatiences: SAVE THE DATE Journée de préfiguration de l'édition 2023 Rendez-vous le samedi 12 novembre 2022 au Drakkar (Dieppe) à 1…- mardi 18 Oct - 8:10
  • Résidence de recherche @AwareWomenArt à la Villa Vassilieff, deadline : 6 novembre 2022 https://t.co/VLXi2guNgD- mardi 18 Oct - 3:44
  • RT @EURArTeC: #RencontresArTeC Retrouvez notre table ronde autour des parutions Les vies autonomes, une enquête poétique (C. Breteau) et Qu…- lundi 3 Oct - 7:03
  • Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós présenteront "Qui parle ?" (@PUF, 2022) dans le cadre des rencontres @EURArTeC à… https://t.co/sbiThWbHQg- dimanche 2 Oct - 2:05
  • RT @diacritik: Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff : “Nous posons la question de l’énonciation comme toujours politique” (Qui parle ?) https:/…- lundi 19 Sep - 7:59