les écrivains filment

 les écrivains filment #4
Errances de l’image
Marguerite Duras & Georges Perec

Vendredi 5 novembre 2010
20h30 – IMEC

Soirée en présence de Jean Cléder (Maître de Conférences à l’Université de Rennes II, spécialiste des rapports entre littérature et cinéma)

duras-aurelia-steiner-melbourne-1979-dr.jpgOn connaît le goût de Marguerite Duras pour les circulations illimitées entre romans, théâtre et cinéma, et pour les vies multiples de ses œuvres. Surtout, la radicalité de certains de ses films en ont fait la pierre angulaire des expériences de « meurtre du cinéma » qui ont le plus durablement transformé le cinéma dit narratif. Aurélia Steiner Melbourne (1979) est plutôt ici le lieu maximal d’un désajustement du texte et l’image, fortement porté par la voix, la lecture magnifique de Marguerite Duras.   Une lecture incantatoire qui convoque la perte, le manque, le cri incessant de l’amour.

un-homme-qui-dort-georges-perec-1974-dr.jpgŒuvre novatrice, devenue culte, Un homme qui dort est un film à double signature, celle de l’écrivain Georges Perec et du cinéaste Bernard Queysanne, tous deux alors encore méconnus, à partir du texte initial de Georges Perec, qui ne faisait pas à l’époque déjà partie de l’Oulipo. Un étudiant remet en cause toutes ses activités et tous ses projets et se plonge volontairement dans une sorte d’hibernation. Pendant plusieurs mois, il vit ainsi en dehors du temps, en dehors du monde jusqu’à ce qu’apparaissent les limites et les dangers de cette expérience radicale. Une histoire qui impliqua une recherche formelle et sonore importante, au service de l’idée “d’infra-ordinaire”, chère à Georges Perec, qui la sous-tend.

Films projetés :
Aurelia Steiner (Melbourne), Marguerite Duras, 1979, couleur, sonore, 35 min
Suivi de
Un homme qui dort, de Georges Perec, Bernard Queysanne, 1974, 82 min
Avec Jacques Spiesser et la voix de Ludmila Mikael

Textes et programmation: Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff

Cette soirée se réalise en partenariat avec Documentaire sur Grand Ecran.

logo-rv-nb.jpg

 

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff interviendra aux Beaux-Arts de Nantes en compagnie de Myriam Mihindou, Dénètem Touam Bona, Fabiana E… https://t.co/AmXxfVLbEY- samedi 26 Nov - 1:09
  • Dans le cadre du programme "Avant, tout cela était la campagne", et à l'invitation de de l'Associació Catalana de C… https://t.co/Eoi2pgEpcE- samedi 26 Nov - 1:07
  • Un très beau compte-rendu de la Journée de préfiguration de l'Ecole des Impatiences, par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/3vhplS0jdx- jeudi 24 Nov - 7:39
  • L'école des Impatiences en Une de @paris_normandie Un très bel article par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/XjvPxJJ7yH- jeudi 24 Nov - 7:37
  • RT @nosimpatiences: SAVE THE DATE Journée de préfiguration de l'édition 2023 Rendez-vous le samedi 12 novembre 2022 au Drakkar (Dieppe) à 1…- mardi 18 Oct - 8:10
  • Résidence de recherche @AwareWomenArt à la Villa Vassilieff, deadline : 6 novembre 2022 https://t.co/VLXi2guNgD- mardi 18 Oct - 3:44
  • RT @EURArTeC: #RencontresArTeC Retrouvez notre table ronde autour des parutions Les vies autonomes, une enquête poétique (C. Breteau) et Qu…- lundi 3 Oct - 7:03
  • Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós présenteront "Qui parle ?" (@PUF, 2022) dans le cadre des rencontres @EURArTeC à… https://t.co/sbiThWbHQg- dimanche 2 Oct - 2:05
  • RT @diacritik: Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff : “Nous posons la question de l’énonciation comme toujours politique” (Qui parle ?) https:/…- lundi 19 Sep - 7:59