les écrivains filment

 les écrivains filment #4
Errances de l’image
Marguerite Duras & Georges Perec

Vendredi 5 novembre 2010
20h30 – IMEC

Soirée en présence de Jean Cléder (Maître de Conférences à l’Université de Rennes II, spécialiste des rapports entre littérature et cinéma)

duras-aurelia-steiner-melbourne-1979-dr.jpgOn connaît le goût de Marguerite Duras pour les circulations illimitées entre romans, théâtre et cinéma, et pour les vies multiples de ses œuvres. Surtout, la radicalité de certains de ses films en ont fait la pierre angulaire des expériences de « meurtre du cinéma » qui ont le plus durablement transformé le cinéma dit narratif. Aurélia Steiner Melbourne (1979) est plutôt ici le lieu maximal d’un désajustement du texte et l’image, fortement porté par la voix, la lecture magnifique de Marguerite Duras.   Une lecture incantatoire qui convoque la perte, le manque, le cri incessant de l’amour.

un-homme-qui-dort-georges-perec-1974-dr.jpgŒuvre novatrice, devenue culte, Un homme qui dort est un film à double signature, celle de l’écrivain Georges Perec et du cinéaste Bernard Queysanne, tous deux alors encore méconnus, à partir du texte initial de Georges Perec, qui ne faisait pas à l’époque déjà partie de l’Oulipo. Un étudiant remet en cause toutes ses activités et tous ses projets et se plonge volontairement dans une sorte d’hibernation. Pendant plusieurs mois, il vit ainsi en dehors du temps, en dehors du monde jusqu’à ce qu’apparaissent les limites et les dangers de cette expérience radicale. Une histoire qui impliqua une recherche formelle et sonore importante, au service de l’idée “d’infra-ordinaire”, chère à Georges Perec, qui la sous-tend.

Films projetés :
Aurelia Steiner (Melbourne), Marguerite Duras, 1979, couleur, sonore, 35 min
Suivi de
Un homme qui dort, de Georges Perec, Bernard Queysanne, 1974, 82 min
Avec Jacques Spiesser et la voix de Ludmila Mikael

Textes et programmation: Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff

Cette soirée se réalise en partenariat avec Documentaire sur Grand Ecran.

logo-rv-nb.jpg

 

Last Tweets

  • Art is Not the Enemy. Graphics of the Tricontinental Dissents une petite sélection d'affiches de l'OSPAAAL que nous… https://t.co/7OCePIsZHI- samedi 27 Oct - 5:28
  • Interview d'Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros par Amanda Ferrada pour la revue suédoise Feministisk Perspektiv, et à… https://t.co/PUweGhQlpX- samedi 27 Oct - 2:08
  • Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós will speak tomorrow at the great symposium "Decolonizing the Curatorial" in Konstha… https://t.co/jepI4B9UHi- jeudi 20 Sep - 12:19
  • RT @diacritik: Pour la libération immédiate d’Ashraf Fayadh https://t.co/W7UWMpCPqk https://t.co/9iKbKpv2O5- lundi 10 Sep - 8:01
  • RT @kunstkritikk: #Kritik Lars-Erik Hjertström Lappalainen om ’A Debt of Times’ av Le Peuple qui manque på Konsthall C, Stockholm: https://…- mercredi 5 Sep - 12:10
  • Generous review by Lars-Erik Hjertström Lappalainen of our exhibition A Debt of times at Konsthall C ! Thanks to Ku… https://t.co/ELmHPxKBbM- mercredi 5 Sep - 9:21
  • Amis genevois, nous présenterons demain à 18h30 au Centre d’art contemporain de Genève notre film en cours Les Impa… https://t.co/BOxb0IslCy- lundi 27 Août - 9:31
  • Opening tonight at 6pm Konsthall C, Stockholm of our exhibition A Debt of Times, an ongoing research on temporal e… https://t.co/HCgKDELYZn- vendredi 24 Août - 7:13
  • RT @Feux_Noirs: Excellent ! https://t.co/v0ySVJxLTg- samedi 14 Juil - 11:10