L'artiste en ethnographe
Dimanche 27 mai 2012

Centre Pompidou
Projection – 20h

Cinéma 2, Level -1

Kidlat Tahimik

Why Is Yellow the Middle of the Rainbow ?, 1981-1993, 3h

kidlat1.jpg

Kidlat Tahimik, cinéaste, Philippines

Kidlat Tahimik est le cinéaste qui a le plus intensément développé le journal filmé à l’intérieur de la critique culturelle postcoloniale. A partir d’un bricolage discursif autour de sa propre subjectivité, Tahimik interroge ironiquement la construction du primitif, du natif et du prémoderne. Why Is Yellow the Middle of the Rainbow ? (1981-1993), journal filmé de trois heures, explore à la fois l’histoire des Philippines, de la famille de Tahimik et les processus globaux de colonialisme et néocolonialisme. Incorporant des archives, journaux télévisés, homes movies, rushes de voyage, et la documentation d’événements publics et de manifestations politiques, il renverse continument les attentes culturelles des scènes du Premier et du Tiers Monde. Son mouvement entre les cultures en fait, selon l’expression de Trinh T Minh Ha, un exemplaire « Autre inapproprié ». (Catherine Russell, Experimental ethnography, 1999)
Avant d’être cinéaste, Kidlat Tahimik, né en 1942, a fait des études d’économie aux Etats-Unis. Il troqua son nom de naissance, Eric de Guia, pour un autre exempt d’origines coloniales. Réalisateur de cinéma, scénariste et acteur dont les films sont généralement associés au mouvement du Troisième Cinéma pour leurs critiques du néocolonialisme, Kidlat Tahimik, est aujourd’hui considéré comme le père du cinéma indépendant philippin. Auteur du fameux Perfumed Nightmare, vanté depuis 1973 par Herzog ou Fredric Jameson et financé par le Zoetrope de Coppola, son oeuvre a été remise depuis quelques années sur le devant de la scène à la suite de l’éclairage donné aux nouveaux réalisateurs philippins par les programmateurs internationaux.

Film présenté en VO anglaise non sous-titrée.

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós will speak tomorrow at the great symposium "Decolonizing the Curatorial" in Konstha… https://t.co/jepI4B9UHi- jeudi 20 Sep - 12:19
  • RT @diacritik: Pour la libération immédiate d’Ashraf Fayadh https://t.co/W7UWMpCPqk https://t.co/9iKbKpv2O5- lundi 10 Sep - 8:01
  • RT @kunstkritikk: #Kritik Lars-Erik Hjertström Lappalainen om ’A Debt of Times’ av Le Peuple qui manque på Konsthall C, Stockholm: https://…- mercredi 5 Sep - 12:10
  • Generous review by Lars-Erik Hjertström Lappalainen of our exhibition A Debt of times at Konsthall C ! Thanks to Ku… https://t.co/ELmHPxKBbM- mercredi 5 Sep - 9:21
  • Amis genevois, nous présenterons demain à 18h30 au Centre d’art contemporain de Genève notre film en cours Les Impa… https://t.co/BOxb0IslCy- lundi 27 Août - 9:31
  • Opening tonight at 6pm Konsthall C, Stockholm of our exhibition A Debt of Times, an ongoing research on temporal e… https://t.co/HCgKDELYZn- vendredi 24 Août - 7:13
  • RT @Feux_Noirs: Excellent ! https://t.co/v0ySVJxLTg- samedi 14 Juil - 11:10
  • Lancement demain de 14h à 20h du journal Dysfunction entièrement consacré au Procès de la fiction ! A hon books 74… https://t.co/skVSIpqa3K- vendredi 13 Juil - 7:32
  • Ce 21 mars, projection au Centre Pompidou, à 20h, d’un film de notre collection, « Free, white, and 21 », de Howard… https://t.co/xv20jZhFxl- vendredi 16 Mar - 6:58