Gender trouble

Génération 90 : Les années Sida

Mercredi 13 février 2008 à 20h
au cinéma Le Méliès

Séance en présence de Marion Scemama,
François Pain, et Arnaud Genon (auteur de « Hervé Guibert. Vers une
esthétique post-moderne »).

 La pudeur ou l’impudeur de Hervé Guibert
(1991, 58’)

herve-guibert.jpgL’écrivain Hervé Guibert, décédé fin 1991 du sida, et proche de Michel Foucault, s’est livré, en écrivant et filmant sa maladie et son corps face à l’institution médicale (et à ce qu’il a décrit parfois comme un « viol thérapeutique ») à une réappropriation de soi par le biais de son autoreprésentation. La Pudeur ou l’Impudeur, qu’il réalise en 1991, entre journal filmé et mise en scène, a autorisé la figuration de corps souffrants, qui étaient jusque-là, et notamment dans leur quotidienneté, exilés en-deçà du champ du visible. (AI&KQ)
«  Quand j’ai vu l’autoportrait d’Hervé Guibert, nu entrant dans l’eau, j’ai pu autoriser mon corps à monter sur scène. A cette époque, les malades du sida étaient très honteux de montrer leur corps, ils ne voulaient plus sortir ni se montrer. Certains sont sortis, et il était important de montrer son corps, même quand il était malade. Et certaines de ces personnes me paraissaient très belles, on pouvait voir une autre beauté chez elles. » Raimund Hoghe, 2007
 « Chronique d’une mort annoncée dont Hervé Guibert filme la répétition et décrit l’horreur au quotidien sans vaine pudeur, sans complaisance. L’image, qu’en photographe il maîtrise parfaitement, l’aide à faire de ce tête-à-tête avec le sida, – confession suprême d’une œuvre autobiographique – un acte de foi en la littérature, une ode à la vie. Ce journal intime dont l’impudeur revendiquée fit scandale, donna naissance à un courant cinématographique important, dont il demeure l’une des réussites. » (Documentaire sur Grand Ecran)
« Il n’y a pas d’interdit en art (même s’il y a une morale). Il y a des œuvres fortes ou médiocres.
la-pudeur-ou-limpudeur.jpgFilmer sa mort est une expérience dure. Le noyau dur d’une vérité. La mort à l’œuvre dans le corps, l’épreuve de la déchéance, met en danger total la sincérité. Car il faut compter avec la pudeur. On peut tout dire. Faut-il tout montrer, même la honte de la dégradation ?
Le film d’Hervé Guibert est lumineux, aérien, et c’est ce qui surprend. A-t-il filmé sa mort ou la représentation qu’il s’en fait ? L’écrivain, qui n’a rien caché par écrit de l’évolution de sa maladie, fouillant le dessous des choses et des gens est arrivé ici à l’épure. La Pudeur ou l’Impudeur n’est pas un film sur le sida, c’est le regard d’un jeune homme qui va mourir, sur le monde qui l’entoure et qu’il quitte. Un film incandescent, un temps calme, comme une retraite. Un espace. » Catherine Humblot, « Filmer, c’est toujours vivre », Le Monde, 2 février 1992.

requiem-soukaz.jpgRequiem de Lionel Soukaz
(2003-2007, 5’)

Requiem contre le G8 et pour la distribution gratuite des trithérapies aux malades du sida des pays pauvres et notamment africains, Lionel Soukaz sous forme de lancinant appel, dénonce les obstructions politiques et capitalistes à l’accès aux soins et à la survie des malades du sida. (AI&KQ)

 

last-night.jpgLast Night I took a Man…
Lecture de David Wojnarowicz
réalisé par Marion Scemama et François Pain

(1989-1998, 4’)

David Wojnarowicz s’est imposé comme l’un des artistes américains incontournables des années 80. Il naît dans le New Jersey en 1954. Enfant battu et maltraité, il s’enfuit à New York, découvre son homosexualité, vit dans la rue, subsiste grâce à la prostitution occasionnelle. Il traverse les États-Unis en auto-stop. Pendant les années 80, il devient un artiste reconnu (photographe, vidéaste, peintre, sculpteur et écrivain). Il appartient au mouvement artistique de l’East Village et évolue dans le milieu alternatif new-yorkais (Nan Goldin, Richard Kern, Lydia Lunch, Kathy Acker…) Homosexuel militant, farouchement critique de la société américaine, il meurt du sida en 1992. (Notice des éditions Désordres)
C’est parce que l’œuvre créatrice de David Wojnarowicz procède de toute sa vie qu’elle a acquis une pareille puissance. Alors que tout semble dit et redit, quelque chose émerge du chaos de David Wojnarowicz qui nous place devant notre responsabilité d’être pour quelque chose dans le cours du mouvement du monde. Félix Guattari

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós will speak tomorrow at the great symposium "Decolonizing the Curatorial" in Konstha… https://t.co/jepI4B9UHi- jeudi 20 Sep - 12:19
  • RT @diacritik: Pour la libération immédiate d’Ashraf Fayadh https://t.co/W7UWMpCPqk https://t.co/9iKbKpv2O5- lundi 10 Sep - 8:01
  • RT @kunstkritikk: #Kritik Lars-Erik Hjertström Lappalainen om ’A Debt of Times’ av Le Peuple qui manque på Konsthall C, Stockholm: https://…- mercredi 5 Sep - 12:10
  • Generous review by Lars-Erik Hjertström Lappalainen of our exhibition A Debt of times at Konsthall C ! Thanks to Ku… https://t.co/ELmHPxKBbM- mercredi 5 Sep - 9:21
  • Amis genevois, nous présenterons demain à 18h30 au Centre d’art contemporain de Genève notre film en cours Les Impa… https://t.co/BOxb0IslCy- lundi 27 Août - 9:31
  • Opening tonight at 6pm Konsthall C, Stockholm of our exhibition A Debt of Times, an ongoing research on temporal e… https://t.co/HCgKDELYZn- vendredi 24 Août - 7:13
  • RT @Feux_Noirs: Excellent ! https://t.co/v0ySVJxLTg- samedi 14 Juil - 11:10
  • Lancement demain de 14h à 20h du journal Dysfunction entièrement consacré au Procès de la fiction ! A hon books 74… https://t.co/skVSIpqa3K- vendredi 13 Juil - 7:32
  • Ce 21 mars, projection au Centre Pompidou, à 20h, d’un film de notre collection, « Free, white, and 21 », de Howard… https://t.co/xv20jZhFxl- vendredi 16 Mar - 6:58