Gender trouble

André Almuró,
une cinégraphie homosexuelle radicale

Vendredi 7 décembre 2007 à 20h30
Maison Populaire de Montreuil
ENTREE LIBRE

En présence d’André Almuro.

Inventeur avec Jean-Luc Guionnet d’un cinéma haptique, cinéma du toucher, où la caméra non plus guidée par l’œil mais par le bras seul des actants à la fois filmeurs et filmés, pénètre de façon sensorielle au cœur des corps et des agencements de son désir, le cinéma en super 8 d’André Almuró, par ailleurs compositeur de musiques électroacoustiques, constitue certainement l’une des recherches les plus abouties d’un langage cinématographique spécifiquement masculin et homosexuel. Ses films qu’il réalise depuis 1978, dans le miroitement de la minéralité des peaux, dans le frémissement sculptural de la rencontre, constituent une expérience unique de vision organique.
« Entre deux hommes, un cinéma d’orgasme et de désir au bord de la syncope, une tentative d’accorder la jouissance du corps à la jouissance de l’acte de filmer, tentative quelque part « impossible » mais ô combien fascinante et digne du plus haut intérêt, car issue du plus grand risque, celui de la vie même » Christian Lebrat

andre-almuro-continuum-hd.jpg
André Almuró, né en 1927 et après de premières recherches sonores à partir de 1947, devient producteur de radio à la Radiodiffusion française (RDF) en 1950. Il compose sur des textes de Jean Cocteau, Pablo Picasso, Eugène Ionesco, Jean Genet, Julien Gracq, Jules Supervielle et la pièce Fièvre de marbre pour le ballet de Maurice Béjart. En 1957, année où il rencontre le jeune Pierre Clémenti dont il fût un temps le Pygmalion, il intègre le Groupe de recherches musicales de l’ORTF. À partir de 1973, il enseigne à la Faculté Paris I Sorbonne. En 1976, il présente sa première action performance Partition avec Ange Leccia; fonde le groupe Son-Image-Corps avec ses étudiants. En 1978, il réalise son premier film, Cortège (musique de Ph. Jubard), qui sera suivi par plus de 30 autres, et s’oriente très vite vers un cinéma délibérément haptique. En 2002, il publie « L’œil Pinéal, Pour une cinégraphie » aux éditions Paris-Expérimental.

Films présentés :

Cortège (1978, 34’)
Alliage (1985, 21’)
Point Vélique (1986, 7’)
Corps intérieur (1988, 8’)

Textes: KQ&AI

Last Tweets

  • Aliocha Imhoff interviendra aux Beaux-Arts de Nantes en compagnie de Myriam Mihindou, Dénètem Touam Bona, Fabiana E… https://t.co/AmXxfVLbEY- samedi 26 Nov - 1:09
  • Dans le cadre du programme "Avant, tout cela était la campagne", et à l'invitation de de l'Associació Catalana de C… https://t.co/Eoi2pgEpcE- samedi 26 Nov - 1:07
  • Un très beau compte-rendu de la Journée de préfiguration de l'Ecole des Impatiences, par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/3vhplS0jdx- jeudi 24 Nov - 7:39
  • L'école des Impatiences en Une de @paris_normandie Un très bel article par Anne-Sophie Groué Ruaudel… https://t.co/XjvPxJJ7yH- jeudi 24 Nov - 7:37
  • RT @nosimpatiences: SAVE THE DATE Journée de préfiguration de l'édition 2023 Rendez-vous le samedi 12 novembre 2022 au Drakkar (Dieppe) à 1…- mardi 18 Oct - 8:10
  • Résidence de recherche @AwareWomenArt à la Villa Vassilieff, deadline : 6 novembre 2022 https://t.co/VLXi2guNgD- mardi 18 Oct - 3:44
  • RT @EURArTeC: #RencontresArTeC Retrouvez notre table ronde autour des parutions Les vies autonomes, une enquête poétique (C. Breteau) et Qu…- lundi 3 Oct - 7:03
  • Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós présenteront "Qui parle ?" (@PUF, 2022) dans le cadre des rencontres @EURArTeC à… https://t.co/sbiThWbHQg- dimanche 2 Oct - 2:05
  • RT @diacritik: Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff : “Nous posons la question de l’énonciation comme toujours politique” (Qui parle ?) https:/…- lundi 19 Sep - 7:59